logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/09/2008

Quand la machine tient Machin...

... Elle ne le lâche plus !


*** Ce matin, l'oiseau de 7 heures 45...***

 Il y a environ un mois, j’ai regardé un film, hélas j’en ai oublié le titre, mais peut-être certains d’entre vous qui l’auraient vu aussi, et qui ont une meilleure mémoire que moi s’en souviendront-ils.

 Peu importe le titre, l’important c’est le film en lui-même. Je résume.

 Il s’agissait, le héros du film a réellement existé, de l’histoire d’un jeune orphelin pris dans le piège de la Justice américaine, puis broyé ensuite par le système pénitentiaire.

 Après un vol de cinq dollars dans une épicerie, il s’est trouvé condamné et incarcéré au pénitencier d’Alcatraz. Pris en grippe par le directeur, et devenu pratiquement fou après trois ans d’isolement dans des conditions genre Guantanamo ou Abou Graïb, il tua dans le réfectoire le détenu en qui il voyait celui qui lui avait valu le cachot.

 Tout le film repose sur le procès de cet homme, pris en charge par un jeune avocat commis d’office, et au cours duquel on voit fonctionner le système judiciaire américain, et la machine pénitentiaire en action quand elle est confiée comme ce fut le cas à Alcatraz, à des gestionnaires sadiques, agissant pratiquement sans contrôle.

 En résumé, les gens emprisonnés sont des criminels, et plus ils souffrent, plus la bonne société est tranquille.

 Le voleur des cinq dollars a sauvé sa tête, mais il est tout de même mort à Alcatraz où la Justice l’avait renvoyé pour trois ans. Le directeur fut démis de ses fonctions, et Alcatraz fut fermé quelques trente ans plus tard. Happy end !

 Il n’est pas concevable allez-vous me dire, chez nous, pays où le nuage de Tchernobyl fut arrêté par la ligne Maginot, où notre économie, puisque Christine la garde est à l’abri  de l’ouragan des subprimes, que pareille chose puisse se produire, nous sommes en France, quoi, merde !

 En êtes-vous si sûrs que nous soyons à l’abri de telles dérives !

 Juste pour vous rafraîchir (à mon tour !) la mémoire, lisez ceci, c’est un bout d’article piqué sur le site du Point :

 «Marc Machin, 26 ans, doit comparaître en début d'après-midi devant la cour d'appel de Rouen pour violence sur un surveillant de prison. Condamné à dix-huit de réclusion criminelle pour le meurtre de Marie-Agnès Bedot, sous le pont de Neuilly en 2001, il devrait être remis en liberté, après six ans et demi de prison, car un autre homme s'est accusé du meurtre. Il a été condamné en première instance à trois mois de prison (huit mois avaient été requis). Avant l'audience, son avocat se dit confiant : "Marc a longuement été sanctionné. Il a besoin d'être aidé. Plutôt que de rajouter de l'huile sur le feu, il faudrait lui imposer une mise à l'épreuve, une obligation de soins ou bien lui demander d'indemniser la victime", confie son avocat, maître Balling. Au cas où la peine n'est pas aggravée, Marc Machin pourrait être libéré d'ici la semaine prochaine. »

 Est-ce que ça vous dit quelque chose ? Oui, parlons-en un peu.

 Avant-hier je crois, nous avons pu voir sortir ce monsieur, dont on dit, la Justice y compris, qu’il serait innocent du crime dont on l’a accusé, nous avons vu cet homme innocent, menottes aux poignets, demandant presque comme une faveur, au gendarme qui le tenait en laisse, la permission d’embrasser sa famille avant de remonter dans le fourgon cellulaire qui le ramenait en taule ! Reconnu depuis plusieurs mois innocent d’un crime certes, mais coupable de l’odieuse agression envers un honnête fonctionnaire de l’administration pénitentiaire ! Intolérable dans un état de droit comme le nôtre. !

 Se fut-il seulement laissé aller à un « Casse-toi pauvre con ! » méprisant à l’endroit du valeureux maton, qu’il eut sans doute, pour peu que son avocat fut habile,bénéficié du sursis, mais pour de vilains gestes, certainement pas, la Loi est dure, mais c’est la Loi !

 Parlons-en de l’avocat habile, je ne le connais pas personnellement, mais Nom de Dieu, ne pas être capable devant un tribunal de faire comprendre qu’un homme qui vient de passer plus de six ans en taule alors qu’il est innocent peut perdre un instant le contrôle de ses nerfs, il faut qu’il change de boulot le gus !

  Au lieu de demander la libération de son client, écoutez plutôt l’enrobé des prétoires qui lâche, nous sommes le 5 mai, il y a 5 mois :

 medium_Maitre_Belling.jpg"Marc a longuement été sanctionné. Il a besoin d'être aidé. Plutôt que de rajouter de l'huile sur le feu, il faudrait lui imposer une mise à l'épreuve, une obligation de soins ou bien lui demander d'indemniser la victime"

 Je fais un cauchemar ou quoi ? Attendez maître (sa majuscule, il peut se la mettre !) vous ne pensez pas que comme « Mise à l’épreuve », six ans de centrale pour rien, ça n’est pas suffisant pour une mandale à un maton, et qu’en ce qui concerne l’obligation de soins, si vous connaissiez un bon psy, ça vous ferait plus de bien qu’à lui !

 Il se prend pour l’assistant du procureur l’avocat Louis Balling. Balling ou balourd, on se demande ! Quant aux juges, quelle pitié !

 Il arrive que des juges annulent une procédure, dans les affaires de « cols blanc » en général, parce qu’il y a une virgule qui n’est pas à sa place. Là, c’est plus qu’une virgule qui n’était pas à sa place, c’est un homme, un Homme vos honneurs, né libre comme vous, et qui est votre égal, alors pourquoi n’en avez-vous pas tenu compte ?

 Comment un homme qui n’avait rien à faire dans une prison aurait-il pu agresser un gardien de la dite prison ? Et puis merde, ça me met les boules, on annule tout, on refait le procès.

 Pas besoin d’avoir siégé longtemps à Outreau pour pondre un jugement du genre :

 « Attendu que le dénommé Marc Machin est innocent du crime pour lequel il a été condamné, c’est le Ministère de la Justice qui est responsable de toutes les conséquences de l’incarcération du dit Machin Marc, et qui prendra en charge tous les frais inhérents au coup de poing dans la gueule qu’icelui outragé, occupé peut-être, mais pas libéré, délivra nerveusement à un maton qui se trouvait là et n’eut pas le réflexe d’éviter le poing de l'innocent qui lui arriva tout droit dans le pif, ce mauvais réflexe pourrait, pour un professionnel de la Pénitentiaire constituer une faute !

 Cependant, nous laisserons à sa hiérarchie le soin de prendre une sanction s’il y a lieu. Ce tribunal ayant d’autres affaires urgentes à traiter, nous n’allons pas perdre plus de temps avec ces conneries !

 Attendu donc que Marc Machin n’a rien à faire en prison ni une minute de plus à passer dans ce Tribunal, malgré la plaidoirie pitoyable de son avocat bon à nib, nous décidons de sa mise en liberté immédiate.

  Fait pour faire ce que de droit et tout le baratin habituel, la date, le tampon et tout le bordel..."

 Et non content de ça, le juge, car ce serait un juge, un vrai, sur qui serait tombé Marc, ce juge aurait tenu une conférence de presse à la sortie du tribunal.

 C’est inhabituel, je sais, mais je suis sur mon Blog, et je fais ce que je veux !

 Ecoutons le Juge.

" Mesdames et Messieurs les journalistes, je viens d’acquitter Marc Machin pour cette ridicule histoire d’agression sur un gardien. Je viens aussi de lui donner un conseil, je vais d’ailleurs faire un courrier en ce sens à la Garde.

 Nous savons tous que la Justice est surchargée, à un point tel que même la Garde serait dit-on en surcharge, bien qu’elle ne roule pas sur la jante à ce qu’on voit lorsqu’elle est de profil. A croire, qu'à la limide du nervous breakdown, et malgré toutes les pilules amères qu'elle dut avaler pour obtenir son poste, cette fois, écrasée par sa charge, elle a oublié de la prendre, mais je m'égare…

 J’ai donc conseillé à Marc Machin, pour le règlement le plus rapide possible des dommages et intérêts qu’il est en droit de demander pour toutes les années où il fut privé de sa liberté, je lui ai conseillé de faire appel au même trio arbitral qui vient de rendre cette si belle et si juste décision dans l’affaire qui opposait le Crédit Lyonnais, donc l’Etat, à Monsieur Bernard Tapie.

 Qu’il se dépêche de lancer sa requête Marc, Alzheimer peut frapper un des papys, ou les trois, d’un moment à l’autre !

 Marc m’a assuré qu’il n’exigerait pas de somme supérieure aux quarante-cinq millions d’euros obtenus par monsieur Tapie. Au nom des contribuables français, je l’ai chaleureusement remercié de se montrer si peu exigeant…

 Bon, maintenant je vous quitte, je suis attendu chez moi, la blanquette va être froide ! »

Encore une affaire rondement menée.

   

A Bientôt…

PS: Je ne sais pas si c'est le juge que j'ai sorti de mon imagination qui traitera l'horrible affaire du Scoute de Jean Sarkozy. Si c'est lui, on va se marrer un bon coup !

Au milieu du brouillon de ma note, j'ai jeté un oeil sur le Canard Enchaîné, et paf, je tombe là-dessus, est-ce un hasard ?

***  Juste_une_larme.jpg ***

***

 

 

15/09/2008

Si le culte te démange Nicolas...

... Gratte-toi, mais laisse Marianne  tranquille !



*** Hier soir à 22:30...***

 Tout d’abord rappelons la signification de quelques mots.

 Croyance :

 Action de croire à la vérité, ou à la possibilité d’une chose. Opinion, pleine conviction en matière religieuse, philosophique ou politique.

 Foi :

 Croyance non fondée sur des arguments rationnels. Assentiment de l’intelligence à des vérités religieuses révélées, qui oriente la pensée et l’action.

 Liberté :

 Pouvoir d’agir sans contrainte, de choisir... Et toute la déclinaison des libertés, de parole, de pensée,  de réunion, d’association etc.

 Et, les Libertés publiques : Ensemble des libertés reconnues aux individus et aux groupes face à l’état.

 Laïcité :

 Système qui exclut les Eglises (au sens large les Religions) de l’exercice du pouvoir politique ou administratif, et en particulier de l’organisation de l’enseignement public.

 D’autres mots, par exemple :

 Athée :

 Qui ne croit pas en l’existence de Dieu. (Par extension, qui ne croit en aucune divinité) C’est la définition du Robert. Pour le Larousse, l’athée nie l’existence de Dieu. Je préfère la définition du Robert, je ne nie rien, je ne crois pas, tout simplement.

 Agnostique :

 Qui déclare l’inconnaissable inaccessible à l’homme, ou qui considère toute métaphysique comme inutile.

 Je serais tenté de dire que contrairement à l’athée qui n’est pas pris de vertige devant le vide céleste, l’agnostique a un peu peur du noir, et regrette de n’avoir pas la Foi.

 Enfin, pour lever une ambiguïté :

 Anticlérical : 

 Se dit, selon le Larousse et le Petit Robert, de quelqu’un opposé à l’influence du clergé et à son intervention dans les affaires publiques.

 Vous noterez l’analogie entre la laïcité et l’anticléricalisme. Dès lors que serait menacée la laïcité, le laïc peut devenir anticlérical. Disons que l’anticlérical est un laïc actif, ou en état de légitime défense !

 Pour beaucoup de gens, et tout a été fait pour conforter le bon peuple dans cet idée, se dire athée équivaut à se déclarer anticlérical, ce qui étymologiquement n’est pas entièrement faux, mais qui signifie surtout, pour une grande partie de l’opinion, que vous êtes en guerre contre les religions, alors que vous n’y êtes qu’indifférent.

 Pour l’opinion toujours, le laïc est un bouffeur de curés, et pour nombre de catholiques purs et durs, c’est la laïcité qui a chassé Dieu des écoles !

 Pour les plus durs encore, c’est à cause de la laïcité que demain, la France dont on a chassé les curés sera livrée corps et âmes aux hordes musulmanes parties comme chacun sait à la conquête de l’univers.

 Attends un peu coco, si tu veux demain me faire, moi qui depuis longtemps ne fais plus carême, suivre le Ramadan en récitant des sourates, il va falloir te lever tôt le matin !

 Athée je t’ai dit, aucun dieu, tu es sourd !

 Bon, dans quelle France vivons nous ?

 La France est un état de droit, vivant sous un régime démocratique de république laïque. Sa Constitution est en gros calquée sur la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, relookée Déclaration universelle des droits de l’homme.

 Tous les hommes, femelles ou mâles, voire mixtes  vivant en France, y jouissent des mêmes droits que les citoyens qui y naissent libres et égaux en droits.

 Nul ne peut y être discriminé pour ses origines, son sexe, ses opinions ou sa religion s’il en a une, ni discriminé à fortiori s'il n'en a pas !

 A partir de ces principes simples, il est aisé de faire vivre ensemble et en paix, des tas de gens totalement différents dans le respect de toutes les différences.

 Pourquoi créer des problèmes là où il n’y en a pas.

 Or, que voyons nous poindre depuis quelques temps ?medium_Eglise_de_Trégarvan.jpg

 - Anne ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

 - Sur la route qui poudroie et sous le ciel qui rougeoie mon frère, je vois se pointer dare-dare la Laïcité Positive…

 - La quoi ? Essuie bien tes lentilles Annette, et dis moi Bordel de merde, que vois-tu ?

 -  En vérité je te le dis mon frère, je vois un agité qui se pointe en brandissant la Laïcité Positive. C’est marqué dessus, quoi, merde, je sais lire, j’ai appris chez les sœurs !

 Laïcité Positive, mais quoi donc est-ce que ce concept fumeux ?

 Je pensais, arrêtez-moi si je me trompe, que la Laïcité, tout comme la Liberté d'ailleurs, ou la Justice, était de ces mots qui se suffisent à eux-mêmes, et qui, si on leur accole un adjectif perdent leur signification.

 Un homme est libre, ou il ne l'est pas, être un peu libre c'est ne pas l'être, ou croire l'être si on est en Chine.

 De même, une décision est juste ou injuste, elle peut être injuste et acceptable, mais acceptable ou pas, c'est juste ou pas juste, ni juste un peu ou beaucoup, ni positivement juste...

 Un état est laïc, ou il ne l'est pas, il ne peut ni l'être un peu, ni beaucoup, et il n'est en aucun cas souhaitable qu'il puisse l'être passionnément... Quant à être positivement laïc, ou l'être négativement du reste, I don't know, comme dirait l'Archevêque de Canterburry.

medium_Mairie_Trégarvan.jpg Ce serait une "Laïcité ouverte " qu'il a dit Nicolas. Bon, mais alors, ouverte à quoi ? Par définition, la laïcité ferme la porte de l'Etat au religieux. Si il ouvre la porte au religieux Nicolas, l'Etat va cesser d'être laïc. D'ailleurs, ce n'est pas moi qui le dit, mais il est bien connu qu'il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée. Laissons-la fermée pour éviter les mauvais courants d'air !

 Je vivais jusqu’à ce jour bien tranquille sur mes certitudes, depuis 1905 me disais-je, les lois qui régissent notre quotidien sont élaborées par et pour les hommes, sans que des dieux hypothétiques n’existant que pour ceux qui y croient, viennent, par le biais de leurs représentants sur terre, autoproclamés ou cooptés les représentants,  y imposer les préceptes de leurs croyances, et à terme puisque la plupart des religions ne s’entendent sur à peu près rien, que l’une ou l’autre s’impose par la force ou la ruse, et fasse de sa loi la loi de tous les hommes.

 Grâce me disais-je à cette loi qui sépara l’Etat de l’emprise des clergés, nous évitons un éventuel retour au moyen-âge. Et voila que celui dont la charge première est de veiller à ce que soit respectée la stricte neutralité de l’Etat vis-à-vis de toutes les églises et toutes les chapelles est le premier à briser le pacte.

 Tout comme chacun d’entre nous, il est parfaitement libre de croire ou ne pas croire, et de pratiquer s’il en a envie la religion qu'il s'est choisie, ce n'est pas moi, qui me fais ici le défenseur de la laïcité qui vais denier à quiconque le droit de pratiquer le culte de son choix. Il ne manquerait plus que le chef d'un état laïc ne jouisse pas, comme tout autre citoyen, de sa liberté de conscience !

 Mais dès lors qu’il s’exprime au nom de la Nation, il devient le représentant de tous les citoyens, croyants de toutes obédiences, et mécréants itou.

 Il doit donc oublier ses propres convictions, et s'abstenir de tout comportement pouvant donner à croire que son culte serait préeminent sur d'autres.

 Qu’à titre privé il présente Jean-Marie Bigard au Pape, c’est son affaire, mais quand le chef de l’état, un état laïc et républicain, met en opposition le curé le rabbin, l’imam et l’instituteur, il sort du cadre de sa fonction.

 Quand ce même chef d’état prend seul la décision d’envoyer les soldats de la République combattre les « barbares moyenâgeux » intégristes quelques mois seulement après avoir vanté les « mérites » de la religion à Riyad, précisément dans le berceau de l’intégrisme, on lui demanderait presque : « Dis donc Nicolas, est-ce que tu sais où tu habites ? ».

 Que dire, lorsque sous les caméras, placées là par les bons soins des conseillers en communication de l’Elysée, « le président » de la république dans le cadre de la fonction, se signe ostensiblement aux obsèques religieuses des soldats qu’il a lui-même envoyés au casse-pipe, c’est, comment dirais-je…Tiens, je ne le dis même pas !

 Joseph Ratzinger, élu Pape par un collège de cardinaux, et devenu Benoît XVI, pour la communauté catholique qui voit en lui le successeur de Saint-Pierre, est venu en France pour une visite apostolique. Il est dans son rôle, et je n’ai rien à dire sur cette visite. Rien à dire non plus sur le fait que Joseph Ratzinger cherche à développer et à renforcer sa boutique. Que lui et ses associés cherchent, comme le font leurs concurrents, à influencer les gouvernants pour infléchir la société vers des orientations préchées dans leurs boutiques, rien que de très normal, leur clientèle le souhaite, ils font leur boulot.

 Mais que le représentant d'un état laïc les aide à manier le goupillon et leur refasse l'ourlet de la soutane, là, je dis non !

 Faut-il s’offusquer de ce que la République reçoive le Pape en tant que Pape et non pas en Chef de l’Etat du Vatican ? Je me dis laïc pur et dur, mais je suis moins choqué, suis-je choqué d’ailleurs, que par la réception fellationnelle faite au cinglé du désert libyen, ou qu’à la mascarade du 14 juillet 2008.

 Vous avouerai-je que j’ai trouvé amusante la rencontre du Chanoine divorcé deux fois, accompagné de sa troisième épouse, sorte de Marie-Madeleine des podiums haute couture, et fille-mère de surcroît, avec le bien peu moderne chef catho, limite intégriste.

 Quasi surréaliste le spectacle !

 A Bientôt....

***

Ce billet est illustré avec les photos de l'Eglise et de la Mairie d'un tout petit village, au bord de l'Aulne, dans le Finistère.

 

 

 

10/09/2008

Comme à votre habitude Messire...

... Vous en faites trop, beaucoup trop !



*** Un oeil sur le monde d'en bas...***

 Billet commencé le 26/08, terminé le 27, et failli être diffusé le 27 !

 Après l'avoir relu une dernière fois, j'ai préféré le mettre au frais, et programmer sa diffusion pour le 10 septembre, à 7:00 h, heure d'Armorique.

 J'ai supprimé de cette note des dessins scannés(2) dans Charlie-Hebdo de ce matin, les fleurs ne sont pas encore fanées sur les tombes.

 Ce n'est pas que je fasse de l'auto-censure ou que je me ramollisse, la preuve, en remplacement des dessins supprimés, je rajoute celui-ci.

medium_SarkoMemoire.jpg Non, je ne fais pas dans l'outrance.

 L'outrance n'est pas de mon coté, elle est du coté de celui qui exploite sans vergogne l'émotion bien compréhensible soulevée par la mort de dix soldats en Afghanistan, et sans doute plus encore du coté des "conseillers" qui le poussent à faire vibrer la corde sensible du bon populo, et qui travaillent au corps l'opinion publique, pour banaliser une guerre dont les Français ne veulent pas, et qu'ils vont avaler au son du clairon, debout derrière l'étendard de "l'anti-terrorisme".

 Le nouveau Chevalier n'a rien d' un nouveau Bayard, il n'est pas sans reproche ! Rien non plus du bon Roi Henri, car il manque de panache, mais on est prié de le suivre dans les allées des cimetières qui nous mèneront à la gloire !

  Cette avalanche de larmoyance compassionnelle et de patriotisme beaucoup trop ostensible pour être sincère devient lourde et indigeste, trop c'est trop !

***

 Oui, trop, c’est trop ! Je ne pensais pas revenir là-dessus, des voix se sont élevées, un débat public est lancé, il est permis de penser que le chef de l’Etat et son gouvernement devront désormais s’expliquer, et justifier les choix et les décisions qu’ils prendront, concernant la présence et le rôle de l’armée française en Afghanistan. On aurait pu en rester là, laisser retomber l'émotion et la passion, et attendre que le débat se développe dans le pays, et qu'il se poursuive au Parlement. Mais nous sommes dans une Démocratie exemplaire et irréprochable, ne l'oublions pas. En haut lieu, il fut donc décidé qu'il fallait battre le fer tant que les morts étaient encore chauds !

 Déjà, Dimanche, à la lecture de l’entretien de Claude Guéant, « invité », du journal « Aujourd’hui », j'ai senti comme des picotements.

 Le chef de l’Etat se choisit les collaborateurs qu’il veut, il en a le droit, et s’il juge utile de les envoyer porter sa parole dans les rédactions et sur les plateaux télés, pour préparer le terrain, c’est son affaire.

 Cependant, on ne m’empêchera pas de penser que nous sommes au début de la énième saison Sarkozy, et que l'homme qui avait changé, puis changé encore, aurait pris la mesure de la fonction, sans pour autant que les mesures qu'il a prises fonctionnent, il s'apprêterait une fois de plus à changer de costard !

 Après les épisodes du cocu magnifique, de l’ouverture, des ruptures avec la France et sa femme d’avant, le tout dans le désordre, puis la période conte de fée, Blanche comme neige et l’ascète nain vont voir Mickey, une foultitude de chapitres je réforme donc vous devez suivre et dis, ma constitution, tu la sens ma constitution, « Hein Djack » tout ça en s’occupant de tous et de tous... nous abordons le chapitre guerrier du quinquennat ou plus si passivité.

 Nous avons connu Sarko sur tous les fronts, retraites, droit à la grève invisible, règlement plus sévère au bagne, le prix du cabillaud et celui du gazole,  et les réformes toujours les réformes, nous avons juste loupé le pouvoir d’achat- Dis m’sieur le président, mon pouvoir d’achat ? Casse-toi pauv’ con !- tout le reste a été entamé et laissé en plans qu’on finira plus tard, ne pas oublier, c'est tout chaud ça vient de sortir, Sarko Robin des Bois qui va prendre aux riches pour donner aux pauvres, "Hein Martin !". C'est sûr, il a changé ! Maintenant on passe aux choses sérieuses.

 Mesdames et messieurs, Sarko a décidé de mettre un pied dans l’Histoire ! Sarko part en guerre contre le terrorisme !

 Tremblez talibans, Messire de Nagy Bocsa décroche sa rapière… Et bien sûr, comme à son habitude, il force le trait et sombre dans l’excès. En tout, l’excès devient dérisoire...Je sais, ma note aussi est dérisoire, mais moi, je ne parle au nom de personne, et ne prétend pas au titre de guide suprême.

 « Le Président fut très affecté… » Nous dit Claude Guéant. Il peut l’être affecté, on le serait à moins. C’est lui, qui a renforcé le contingent français, et qui a changé la nature de sa mission en Afghanistan. Finie, la période où nos soldats «  formaient » l’armée afghane, et « l’accompagnaient » dans ses missions. Nos soldats, sur l’ordre de Nicolas Sarkozy se sont transformés en corps expéditionnaire combattant, et ce au moment où sur le terrain, il s’avère que le combat ne peut pas être gagné.

 Les soldats tués en embuscade n’accompagnaient pas une unité afghane, ils combattaient à la place de l’armée afghane !

 On arrive à cette absurdité que dans cette guerre en Afghanistan, les soldats tués sont des occidentaux, et les afghans morts sont tués par ceux qui sont venus les « libérer », la plupart sont des civils ! Dites-moi donc où elles sont nos « valeurs » dans ce bordel ?

medium_Jean_le_Bon.jpg Affecté donc Nicolas mon cher Claude, quelle belle âme !

Tiens à propos, "Aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années.", j'ai laissé un billet sur le Blognaute:

*** Trop jeunes les soldats...***

 « Il faut combattre le terrorisme sur le terrain ! »

 Et le terrain, on n’arrête pas de vous le dire, c’est l’Afghanistan, c’est là qu’il se terre le terrorisme !

 D’ailleurs, tous les terroristes d’Al Quaeda, ce sont des Afghans….Et bien non, ce sont surtout des Saoudiens, des Pakistanais, des Français aussi, vous n'avez pas oublié le procès du seul inculpé pour l'attentat du 11 septembre, un Français, mais oui !

 A Londres, ils étaient Anglais ceux qui ont fait sauter des bombes dans le métro, ils ne vivaient pas dans l’Indu Kusch ! Pourquoi ne pas envoyer nos paras à Londres, sur le terrain , en moins de deux semaines, un soldat de 18 ans doit pouvoir apprendre à rouler à gauche !

 « Les talibans ont leurs bases dans la zone tribale, et au Pakistan.»

 Dites-moi, le Pakistan, c’est bien un pays ami, il abrite les talibans, ce n’est pas bien ça, il est au courant Deubeulyou ?

 J’arrête, tout le monde le sait, les dés sont pipés, depuis sept ans, nous nous sommes fourvoyés, il est grand temps d’arrêter l’escalade, et plutôt que de préparer l'opinion publique à accepter une sale guerre qui risque de durer des années en ne laissant que des ruines, il serait préférable de s'interroger sur le bien -fondé de ce combat, en discuter, sans passion, au seul vu des faits et de l'évolution de la situation sur le terrain depuis 2001... 

 Le Chef de l'Etat à Castres, il rend visite aux Paras du 8ème RPIMA. Très bien, il réconforte et console la veuve et l'orphelin. Je n'ai pas vérifié, mais sans doute y avait-il un crêpe sur les caméras. Indispensables les caméras, pour des condoléances patriotiques.

 Il n'a pas pincé les oreilles bien dégagées des braves bérets rouges, mais tout juste.

 Les familles des dix soldats tués iront visiter les lieux du drame, en Afghanistan.

 Je respecte ces gens frappés par la perte d'un fils , d'un mari, d'un compagnon, mais que penser de tout ça. Si on persiste dans l'absurdité de cette guerre, il faudra établir une ligne régulière Paris-Kaboul, uniquement reservée aux familles en deuil !

 La France a rendu un hommage à ses fils morts au champ d'honneur.  Et  morts aussi à coté des champs de pavots Votre Honneur !

 Une cérémonie aux Invalides pour les dix soldats tués en embuscade...Et que fait-on, pour les quatorze qui sont déjà morts là-bas, sans que le Président ou les ministres se rendent toutes affaires cessantes à Kaboul, à Castres, ou ailleurs, et sur tous les plateaux télés bien évidemment ?

 Faudra-t-il attendre 64 ans, comme pour les martyrs de Maillé, ces massacrés du 24 août 1944, qu'un Procureur Allemand a ressortis de l'oubli, faudra-t-il attendre 64 ans, pour qu'un des petits-fils de Nicolas Sarkozy, tout jeune Président succédant à son père et à son grand père, vienne faire acte de repentance pour cette faute impardonnable de la France qui les a oubliés, ces malheureux tués par  des barbares moyennâgeux , là-bas, en ces terres lointaines où la France défendait, et defend encore la Liberté et les droits de l'homme contre le terrorisme et l'obscurantime.

 Car ce n'est pas fini, le combat continue, mais nous vaincrons car nous sommes les plus forts, nous sommes le bien, ils sont le mal...

 Allez, envoyez la musique, elle est où la gerbe, je n'ai pas que ça à faire moi !

 A bientôt....

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique