logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/06/2011

Patience et longueur de temps...

... D'accord les gars, mais magnez-vous un peu !

Arc de Vie.jpg

Le noir lui va bien à la Reine de la nuit...Photo offerte par Michel.

Mon ami Michel est venu me voir dimanche. Nous avons fait ensemble une longue promenade, et nous avons parlé, parlé, parlé. Je lui ai présenté Valy mon vieil ami le cerisier. Je suis rentré épuisé de la balade, épuisé mais heureux. C'est vrai que l'amitié est un excellent remède.

***

Voici le quatrième des billets que je consacre en partie à ma confrontation avec le cancer qui s'est installé dans ma poitrine. J'ai en quelque sorte transformé Les chroniques du Crabillou en Blog Opératoire. L'année 2011 sera médicale, ou bien ne sera pas !

"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. "

Vous vérifierez, il me semble que c'est Lavoisier qui nous a expliqué ça. On le dit père de la chimie moderne.

Je ne crée plus grand chose en ce moment, je perds pas mal de trucs, dont pas loin de dix kilos en moins de six mois ; le conseil de l'été mesdames, chopez un bon cancer, et vous pourrez sans peine rechausser votre joli deux pièces de l'année dernière !

Moi aussi je me transforme !

Balladurisation.jpgJ'ai toujours eu un cou de taureau, c'est plus souvent ma cravate que le dernier bouton du col qui fermait tant mal que bien mes chemises. Mais aujourd'hui, grâce aux corticoïdes, je me pare d'un double menton que bien des notaires prospères m'envieraient.

Je me pompidolise un max, et le temps n'est pas loin où je vais pouvoir racheter un lot de vieilles liquettes à Balladur.

Pour le reste, ça va. Physiquement, je m'affaiblis de jour en jour un peu plus, mais parallèlement, le moral va mieux.

Comme je l'avais prévu, c'est avec soulagement que  "Comment vas-tu ? ", la phrase qui il y a encore peu me faisait faire mentalement le trajet Châteaugay-Crématorium de Crouël à tombeau ouvert, sans m'arrêter aux feux ce qui est un comble, et qui plus est n'est pas prudent, maintenant ne suscite chez moi cette phrase, selon mon humeur et l'interlocuteur, qu'une réponse polie, ou une pirouette courtoise si j'ai l'humeur maussade.

Mon esprit est plus libre, je peux donc le consacrer à autre chose que l'assommer sur le mur des lamentations.

J'ai eu vent par exemple de traitements innovants (Au 20 heures de France 2) moins traumatisants que la chimio, et qui peuvent être administrés à domicile. J'en parlerai à l'équipe Jean Perrin quand elle sera décidée à s'occuper de moi. Je m'impatiente, mais il me faut prendre en compte que de jeudi à dimanche, c'était le pont de l'Ascension, et que les médecins ont aussi une famille, et qu'ils ont parfaitement le droit  à du repos.

Intéressant aussi le formidable progrès que pourrait représenter une détection très très précoce des cancers, bien avant qu'ils aient croché dans la barbaque de leurs victimes. Car ne nous leurrons pas, la seule vraie chance de guérison, c'est de débusquer le bestiau avant qu'il soit bien installé et qu'il ait commencé à faire des petits.

Pour moi, la détection précoce, c'est cuit. Mais je me réjouis de savair que dans quelques années, grâce à une simple prise de sang, un brave gus en danger de mort et qui ne se doutait de rien se verra débarrassé d'une minuscule tumeur qui ne lui causera plus de souci.

J'ai vu aussi à la télé, c'était à la clinique, que par relaxation et en sublimant de belles images, on pouvait redonner un peu de bonheur à des malades en fin de vie et les prolonger sans souffrances de quelques semaines, quelques mois. Sur le moment, ça m'a fait mal, aujourd'hui encore, je me révulse à l'idée de prendre comme un cadeau quelques semaines de plus d'une vie de grabataire végétatif. Mais qui sait ce que je serai demain. Pourquoi ne pas prendre avec joie ces petits suppléments, comme le ferait un gamin qui trouve une bille en plus au fond du pot, ou une dernière praline coincée dans le coin du sac alors qu'il pensait avoir croqué la dernière. Je sais ce que je suis à l'instant, j'ignore quelles pensées agiteront mon esprit demain.

Je le dis sans forfanterie, je n'ai pas peur de la mort, je n'y suis pour rien, c'est ainsi. De même, ne croyant pas en Dieu, je n'ai pas peur de l'Enfer. Aujourd'hui, c'est comme ça. Qui sait si demain je ne me lancerai pas sur E-Bay à la recherche d'un chapelet pas trop cher en état de marche, qui sait si à l'idée de la grande faucheuse qui s'approche, je ne me réfugierai pas sous mes draps tremblant comme une feuille en suppliant qu'on me laisse vivre encore un peu. Qui sait ? Un homme qui se noie est capable de s'accrocher à un reflet sur le lac tant il veut mettre la tête hors de l'eau.

Bien qu'étant dans une période de chance, je n'ai pas gagné au loto. Mais il ne faut pas désespérer pour autant. Profitant de ma période si j'ose dire veineuse, artérielle aussi, et lymphatique pas mal, j'ai osé ce matin un Astro à deux euros, signe du Cancer bien évidemment. J'ai été remboursé, c'est un signe encourageant qui pourrait vouloir dire que le dossier de prise en charge à 100% que m'a rempli Fernand est sans doute accepté par la Sécurité Sociale.

Est-ce de la soupe ou du rata ?

Pour l'heure, peut-être le saurai-je tout à l'heure, je ne sais rien encore du traitement qui doit me redonner la vitalité de mes vingt-cinq ans.

L'équipe a du affiner les réglages du micro-ondes modèle Joliot Curie qui grâce à ses rayons X extras et ses Gammas anti-redéposition me laissera lessivé, mais qui couperont je l'espère l'appetit de la grosse saloperie qui me fout les éponges en dentelle. Ils doivent préparer la sauce d'assaisonnement du potage chimiothérapique qui va lui aussi me laisser flagada pour un bon moment.

Je vais en baver des ronds de chapeau, mais j'attends ça avec impatience.

Magnez-vous Messieurs !

Dernière minute, ça y est ! Le staff médical Jean Perrin organise sa réunion de chantier cet après-midi. Je serai fixé sur mon sort dès demain. Ouf !

Et maintenant, rions un peu.

Oh Luc, quelle mouche t'a piqué ? Le Vidangeur.jpg

On l'appelait le vidangeur,

Pas très rusé vu sa bobine etc. etc.

Qu'est-ce qui lui prend au philosophe médiatique ex-ministre de l'Education un peu terne de Chirac, et un chouïa étouffé à l'époque par son collègue ministre d'un peu tout le reste, sale petite bête qui déja, montait, montait, montait. Montait sur tout le monde s'entend.

Le voilà le Luc, qui en mal de notoriété sans doute, nous entonne le grand air de la calomnie.

Il nous la joue l'homme qui a vu l'homme qui a vu le voisin de l'homme qui croit bien avoir vu l'ours.

Et de lâcher le pavé dans la mare en ressortant une vieille rumeur de cabinets (ministériels, ce ne sont pas les mieux tenus), jetant en pâture un ex-ministre qui se serait laissé aller, sans que la moindre preuve vienne étayer le propos, à de bien vilaines choses au Maroc, avec des petits garçons bien moins pubères que ne l'étaient les champions de boxe thaï si fort prisés par notre actuel ministre de la Culture.

" Je n'ai été témoin de rien, je n'ai rien vu, mais c'est un ancien premier ministre qui me l'a dit, donc c'est vrai, Na ! "

Droit dans ses bottes d'égoutier le Luc,  pauvre type !

Le pire, c'est que tous les médias s'alignent avec délectation derrière la pompe à merde. Quelle tristesse pour Jules son grand-père. Voir son petit fils promis à un bel avenir et briller au sommet avec les élites, puis le voir barboter dans la fosse à purin, quelle pitié !

Restons dans les vraies fausses rumeurs.

Ne dit-on pas que le Luc fit en son temps partie des quarante amants de la Belle à la voix endormante, amants labelisés par elle-même, du temps où femme libre et riche, elle faisait de sa vie ce qu'elle voulait, et entretenait son Parc aux Cerfs personnel, avant que de se transformer en Blanche-Neige à Disneyland.

Luc en brouta la délicate pelouse de ce parc, entre Laurent Fabius et Mike Jagger. Je n'ai rien vu, je n'ai pas tenu la chandelle, mais je l'ai lu donc c'est vrai, et je ne vois pas pourquoi je serais le seul à ne pas salir tout le monde.

La transition est faite, parlons-en de la belle Carla. Au moyen-âge, on l'aurait sans doute brûlée comme sorcière, avouez que c'eût été dommage. Aux époques cul-serré elle aurait été traitée comme une courtisane. Non protégée par son rang et sa fortune, elle aurait très bien pu passer pour une pute. Mais de par le miracle Disneyland et auréolée d'un faux titre de first lady, voilà qu'on nous la montre enceinte !

A nous Deauville, le monde entier nous regarde !

Pouliche gravide.JPGVous l'avez su, il y avait un sommet du G8 à Deauville. Je vous mets la une de Paris-Match pour l'illustrer, c'est tout ce qu'il en restera de ce sommet.

Deauville étant au chevaux de race ce que Rome est aux mules du Pape, une Capitale, il était tout à fait normal que ce sommet fut entièrement consacré à la pouliche du prince invitant.

Chacun y alla de son hommage appuyé au couple gestant.

Délicieusement gravide, Carla se prêta volontiers au petit jeu des mines et des effets de paupières. Elle fait ça avec talent, on croirait une professionnelle !

Bien sûr, on peut s'attendrir devant le joli tableau. On peut en rire aussi.

Moi ça me fait gerber. Se servir d'un foetus de quatre ou cinq mois pour en faire du matériel de propagande électorale, c'est une insulte envers l'enfant à naître.

Il est possible que sur le nuage qui le coupe de la réalité, le couple Alpha ne se rende pas compte de l'énormité de la chose. Mais comment se fait-il que dans son entourage, il n'y ait personne pour lui dire qu'il leur faut très vite virer cette équipe de conseillers en com' style Jacob-Delafon.

Tu as beau javelliser la cuvette, après leur passage, ça sent toujours le caca.

A plus tard.

***

Dernière minute encore : Je suis convoqué jeudi matin à Jean Perrin pour la première entrevue avec le Général en Chef, c'est parti !







 

Commentaires

Je te trouve bien courageux d'avoir le courage de mettre une note sur le blog avec tes problèmes de santé.....
Mais après tout ça change les idées....
Je suis sure que tous tes amis blogueurs pensent à toi .
Amicales pensées.
Anita.

Écrit par : anita | 07/06/2011

Bonjour Alain,

Je voulais juste t'embrasser et te dire à bientôt à "LaTourette"ou éventuellement à Yssac.......

Écrit par : Colette | 07/06/2011

Bonsoir Alain,

La note est encore chaude comme un pain du père la Boulange à 8 heures du matin. Je venais de temps à autre lancer un clic désinvolte pour savoir si tu avais pondu et obtenu une réponse !
Ta prose de la première partie m'a encore une fois ébloui avec notamment la trouvaille de l'homme accroché à un reflet du lac.

Jeudi sera donc le début du protocole. Le début d'une nouvelle aventure pour toi. La vie continuera cependant tout autour, le monde tournera toujours aussi mal, je recevrai un camion de bois, tu seras en train d'écouter la composition du cocktail qui te sera injecté, il me faudra sulfater les oliviers après toutes ces pluies, tu demanderas à quelle date tu perdras tes cheveux, il faudra bientôt mettre la piscine en ordre pour l'arrivée des jeunes fin juin, et en fin de matinée, je me demanderai (peut être ) si tu es resté sur place ou entré chez toi.

La réalité des choses est ainsi, nous n'y pouvons rien ni toi ni moi. Consacre toi sur ton essentiel, et continue à égratigner les puissants avec la même hargne.

Amitiés du grillon

Écrit par : christian | 07/06/2011

Le général en chef va annoncer la composition du cocktail au Chevalier Crabillou-Spiderman de la Commanderie.Moi aussi ,je me demanderai ou tu es en fin de matinée.
Ton texte est sublime dans sa première partie.
Quant à la seconde partie , elle montre que tu es prêt à l'attaque!
Je suis sûre que l'efficacité de ton traitement sera décuplée par ta pensée positive...
Ton humour est intact et j'en suis ravie.Pas drôle ta maladie et tu as pourtant réussi à me faire rire....
Gros bisous

Écrit par : Allier-née | 07/06/2011

Un seul mot nous libère
du poids et de la douleur
de la vie. Et ce mot,
c'est amour

Sophocle

Écrit par : Marie-Thérèse | 07/06/2011

Courage, et Laurence va t'aider, je renouvelle garde bien le contact avec ceux que tu apprécies bien. Amitié. Renée

Écrit par : Campanule | 07/06/2011

Je crois que Anita ne se trompe pas. Commentaire ou pas, nous sommes tous par la pensée au plus près de vous.

Bises et courage. Monique

Écrit par : monique | 07/06/2011

ESPOIR : un mot qui permet de garder son courage.
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 08/06/2011

Bonjour Alain
Je ne peux que te dire espoir : d'abord parceque je connais deux personnes ayant guéri de cette maladie à "grandes cellules" donc avec un programme de soins curatifs et que c'est une "chance" comparé à la maladie à "petites cellules" dont est décédé mon mari
Donc courage Alain, bats toi et tu auras la victoire
Gros bisous
***
Merci Françoise.
La terre enfante de drôles de choses parfois.
Je t'embrasse.

Écrit par : f.jegou | 08/06/2011

Bonjour à l'homme du LAC.......

Avec Lamartine, je dis :

"Ö temps suspends ton vol,et vous heures propices!
Suspendez votre cours

Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours!"

La frangine Quercynoise qui t'embrasse....


Hélène

Écrit par : hélène | 08/06/2011

On peut ne pas avoir peur de la mort et avoir envie de vivre très longtemps surtout quand on sait qu'au bout il y a un grand trou noir.
Je vois que tu as mis ton armure pour traverser cette grosse tempête, ça me réconforte.
Je me sens bien impuissante pour t'aider en quoi que ce soit, les mots sont bien légers en rapport de tout ce que tu dois ressentir et redouter.
Il faut toujours croire en sa propre guérison et s'intéresser au mieux à sa maladie de ma manière à pouvoir la dompter et à ne pas la laisser prendre le pouvoir. Il faut discuter avec les médecins pour bien comprendre comment atteindre cette guérison et connaitre tous les traitements possibles car il faut parfois aller chercher tout seul cette corde que tu attends que l'on te jette. Il faut beaucoup de courage et de volonté. Bats toi je compte sur toi.
Je pense à vous deux très fort.
bisesss

Écrit par : Eliane | 08/06/2011

salut,
je viens d 'apprendre ta maladie. Celle qui pourrit la vie de beaucoup de personnes. Mais je crois que la guérison dépend aussi de toi et du moral que tu garderas pendant ton traitement. Il faut faire confiance à ces médecins qui se sont intéressés spécialement à ton cas lors "d' une réunion de chantier". J' apprécie la manière dont tu peux écrire sur ton blog aussi bien sur des événements de la vie courante mais aussi sur ta maladie.
A bientôt et bon courage

Écrit par : celine | 08/06/2011

100/100 des gagnants ont tenté leur chance ,tu vois même toi tu as été remboursé à 100/100 ,il n'y a pas de raison que ça change pour ton traitement .Je pensais que tu allais mettre ( ROLEX ) entre montre et enceinte.Bon tu ne peux pas penser à tout alors je t'aide.Quand au grand guignol de LUC il aurait mieux fait de la fermer ,quand on touche près de 5000 euros par moi pour donner des cours et qu'on ne le fait même pas il a un sacré culot.C'est sur Jules doit se retourner dans sa tombe.Apres le 25 juin si tu as besoin d'une visite fais moi signe.Avant j'ai trop de rv .Fais confiance en ton destin ,Laurence et Olga veillent sur toi .Et les amis aussi.
***
Tu me crois ou pas, mais la Rolex a failli être à l'heure.
Ce qui m'a manqué, c'est une tournure de phrase où le bel objet ne serait pas tombé comme un cheveu sur la soupe...Je suis fatigué, c'est dommage.
Pour la visite (gratuite) de l'hôpital de campagne du Champ de l'Allée, il n'y a pas de raison que je t'en prive si tu as envie de venir me voir. Préviens-moi un peu avant, afin de s'assurer que je serais visible et en état de te recevoir. Pour moi c'est tout bénéfice, puisque c'est toi qui paiera le plein de ta bagnole !
Merci de ton soutien René, il m'est précieux.

Écrit par : heraime | 08/06/2011

je passe, encore, mais ne sais rien faire de plus que t'adresser un salut fraternel...
écris, c'est bien
***
Passe de temps en temps Henri, le vent du large me redonne un peu d'air.
Merci.

Écrit par : henri | 08/06/2011

Bonjour Alain,


J'ai passé la tête en milieu d'après midi et j'ai doucement refermé la porte en évitant que le mistral la fasse battre.
A plus tard, si tu veux bien.

Christian

Écrit par : christian | 09/06/2011

Bonsoir Alain,
Ici ce n'est pas le mistral mais le vent d'autan dont on dit qu'il rend fou..ah!la rumeur...).

Tu dois avoir la recette de ton coktail..de l'eau de vie certainement.

Je t'embrasse aussi fort que je peux tonton.

Betty qui respire pour deux.

Écrit par : betty | 09/06/2011

Ben zut alors, j'ai l'impression que le dernier commentaire (long) que je t'avais envoyé a disparu dans les tuyaux du oueb ! Tant pis, ce matin je n'ai pas beaucoup de temps pour écrire, mais je voulais te dire que le con de crabe qui est venu s'installer dans un pays où l'on savoure plus volontiers des fromages que des crustacés n'entame en rien ta verve magnifique, ce qui nous réjouis tous. Je t'embrasse très fort. Michèle.

Écrit par : Laurence | 10/06/2011

Ben zut alors, j'ai l'impression que le dernier commentaire (long) que je t'avais envoyé a disparu dans les tuyaux du oueb ! Tant pis, ce matin je n'ai pas beaucoup de temps pour écrire, mais je voulais te dire que le con de crabe qui est venu s'installer dans un pays où l'on savoure plus volontiers des fromages que des crustacés n'entame en rien ta verve magnifique, ce qui nous réjouis tous. Je t'embrasse très fort. Michèle.

Écrit par : Laurence | 10/06/2011

Une pensée du matin, avec un peu de ciel bleu et seulement quelques nuages....Le vent l'emportera.....à bientôt..

Je t'embrasse
hélène soeurette

Écrit par : hélène | 11/06/2011

tiens, je viens de lire cette déclaration de Johnny:
On vit une époque terrifiante", dit le chanteur dans un entretien publié samedi par TV Magazine. "Je n'ai pas les détails de l'histoire et je n'aime pas m'occuper de la vie des gens... Je m'aperçois juste que plus on gagne de l'argent, plus on réussit et plus on est la cible de critiques odieuses", ajoute-t-il à propos de l'affaire judiciaire de Dominique Strauss-Kahn.
"J'ai été accusé de viol, moi aussi. C'est une histoire qui nous a poursuivis, moi et ma famille, pendant deux ans! On a été malheureux, moi, ma femme et mes enfants avant que l'on découvre les mensonges de mon accusatrice", poursuit-il.
Com...patissons!
amitiés

Écrit par : henri | 12/06/2011

Bonsoir Alain,

De temps en temps, au détour de mes lectures,je m'arrête en chemin..sur une phrase;elle me plaît ,je la note sur mon cahier espérance ( il est vert).Voici la dernière notée il y a 2 ou 3 mois:

"Je ne suis pas toujours de mon avis".
J'aime bien.

C'est une manière de te dire bonsoir après une journée ensoleillée passée vec avec ta frangine.Je t'ai ramassé un rayon de soleil.

Bises quercynoises

Betty

Écrit par : betty | 12/06/2011

Bonsoir Alain

J'espère que tu as gouté l'humour corrézien du Jacques à Bernadette, qui s'est lâché avec délectation et que tu t'es fendu d'un large sourire !

Amitiés du grillon
***
La vieillesse est un naufrage. Pas seulement la vieillesse !
Il y aura mis du temps le Papy Chirac, mais plus qu'un sourire, il a réussi à me faire rire !
Encore 7 heures de ciel libre, et je monte au front. C'est aujourd'hui l'ouverture du chantier et la déclaration de guerre.
Salut Grillon, fais chanter tes cigales pour moi...

Écrit par : Christian | 13/06/2011

Cher inconnu
je découvre une partie de mon identité longtemps cachée pour des petits problèmes de jeunesse
mais bon ,que te dire courage, espoir oui tout cela sont des mots faciles à écrire.
Je ne sais pas quoi t'écrire vis à vis de ton cancer, saches une chose, on ne meurt pas aussi facilement, le corps combat côte à côte avec ton âme!
je ne suis pas un saint, mais je vais te révéler quelque chose , tu es quelqu'un de bien, tu as des amis, fermes les yeux maintenant et penses à ceux qui sont morts , tu les vois, mais tu ne les entends pas, tant que tu penseras à ces chers disparus, ils vivront!
je sais je suis cinglé, mais je vais te donner une partie de mes forces, je suis à tes côtés, n'essaies pas d'imaginer la tronche que j'aurai, tu serais déçu
je te dis courage, et soit méchant avec le crabe, ne lui fais pas de cadeau
***
Merci ami de faire ta halte obligatoire sur mon blog et de m'aider un peu.
J'ai dit souvent la même chose dans mes billets et ailleurs :"Un homme ne meurt vraiment que lorsque plus personne ne pense à lui..." J'en maintiens pas de vivants au secret de mon cœur.
Je vais essayer de le bousiller ce satané tourteau. Mais toi, si en bord de mer tu en prends un dans tes phares, fais-moi plaisir, ne l'écrases pas, il n'est pour rien dans mes malheurs.
Merci beaucoup, à bientôt peut-être.
Je t'inscris dans ma newsletter, tu seras averti des prochains billets.
Demain après-midi, rentrée à Jean-Perrin.
Alain.

Écrit par : négus87 | 13/06/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique