logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/07/2010

Chaud partout...

...Et bientôt les vacances.

Du frais.jpg

Comme une envie de bleu, une envie de frais ...

***

C'est vrai que tout le monde en parle des vacances...Quoique le fait que pas mal de gens qui n'ont pas les moyens d'en prendre, de même que ceux qui chômage oblige y sont depuis longtemps, nous amènent nous privilégiés des Chroniques à parler aussi d'autre chose...Allons-nous pour autant sacrifier les notres de vacances, certainement pas ! Il est hors de question que nous nous immolions sur l'autel de l'actualité.

Mieux, pour profiter au mieux de l'air d'été, nous allons cumuler nos RTT, survivance d'un temps moribond, ainsi que  nos jours d'ancienneté, dernier reste de ce qui fut notre jeune temps, pour nous mettre en congé le plus longtemps possible.

Allons-nous pour autant négliger notre demi-douzaine de lectrices-teurs fidèles et assidus  fort méritantantes de l'être au demeurant ? Certainement pas !

La permanence des Chroniques sera assurée tout l'Eté. Certes, il faut s'attendre à du service minimum, mais n'est-ce pas la règle pour tout service, public ou pas, durant la période où les gens se prélassent sur la grève ...

Je sais que la chaleur estivale facilitant l'égrillardise nous incite par de nombreux courriers, anonymement signés RM pour la plupart, nous incitent dis-je ces courriers, en plus de la chaleur estivale précédemment citée, à confier les Chroniques aux jeunes stagiaires très peu vêtues qui pour se faire du blé n'hésitent pas à s'incrire comme pigistes pour le temps des moissons.

Non, nous sommes sérieux. C'est pourquoi, même si nous n'excluons pas de laisser au gamines un espace pour calmer leur fièvre, à défaut de ranimer nos ardeurs, nous confions à Crabillard le soin de tenir la boutique.

Que ça plaise ou non, c'est comme ça...Autant vous y habituer tout de suite ! Crabillard est un homme honnête et droit, il a toute notre confiance, et ce n'est pas l'odieuse campagne de dénigrement à laquelle se livrent les paragons de vertu toujours prompts à nous faire la morale qui nous fera changer d'avis.

Nous ne battrons pas en retraite !

Bref, la limousine de location est devant la porte, le jet privé nous attend à Aulnat, l'une et l'autre facturés en frais déductibles nous évitant dés aujourd'hui le chagrin de l'imposition demain. Nous partons l'âme légère pour l'île d'Arros aux Seychelles...Nous vous laissons en compagnie du Crabillard...Bon courage !

Ils sont partis...Bon débarras !

Bien gentils ces braves gens, mais un little coincés n'est-il pas ? J'ai les clés de la baraque, on va se défouler un peu.

Il n'est pas rare que notre rédacteur en chef, l'encombrant Crabillou, au prétexte qu'il sait harnacher et conduire un cheval, qu'il pilotât jadis tracteurs et moissonneuses-batteuses, se pique de culture...Et vas-y que je te balance du Victor Hugo, du Jean de la Fontaine ou du Frédéric Lefebvre, selon que le sujet soit  puissant ou malade de la peste.

Pas de ça avec moi. Avec moi, rien que du fait maison, du brut de décoffrage, de l'authentique, du brutal.

Il me serait facile de jouer les instruits, je connais pas mal de classiques, ne serait-ce par exemple, et c'est de circonstance, ce chant qui accompagna des générations de brillants médecins avant qu'ils ne tournent anesthésistes bourgeois, je veux parler du plaisir des dieux...Lisez-moi ça, en fermant les yeux, on balaye d'un coup le sport et la politique...

***  C'est le plaisir des dieux... ***

...Je ne m'excuse même pas d'avoir volontairement oublié d'avertir les âmes délicates et les culs-serrés pissant froid, sans que l'on sache d'ailleurs si ceci explique cela, que ce passage sulfureux était de nature à chatouiller leur délicatesse limite pathologique...Tant pis pour eux.

Ce rappel aux classiques à seule fin de transition pour le chapitre suivant...

Enculez-les tous, IL reconnaîtra les  siens !

Il fut un temps où seules les mouches, et encore pas toutes,tant il en est de ces bestioles, les grosses bleues notamment qui sont peu ragoûtantes, pouvaient nourrir quelque crainte de se voir outragées de  ces pratiques malsaines que la morale les ignorant ne condamne même pas. Encore était-ce de façon purement allégorique au cours d'interminables échanges aussi oiseux qu'animés entre polémistes un rien trop batailleurs. De la sodomie de salon en quelque sorte, rien de bien grave, moins grave en tous cas que celle des vestiaires.

Les temps ont changé, le mal est plus profond si j'ose dire. J'ai eu connaissance, au cours d'une de mes incursions curieuses sur le web, d'une étude sérieuse sur les pratiques sexuelles de la nouvelle génération de nos belles et appétissantes jeunes filles. Oserai-je vous le rapporter, j'en suis resté sur le cul !

Ces demoiselles livreraient paraît-il de plus en plus leur face Nord aux escaladeurs plus coutumiers de la conquête des grandes voraces, ayant eu le privilège de leurs faveurs. Que faut-il en déduire ?

Est-ce par bonté d'âme, n'ayant pas si j'ose dire le coeur à refuser du plaisir à leurs compagnons du moment qu'elles leurs offrent leur, comment dire, qu'elles leurs offrent autre chose. Généreuses ainsi sans se donner vraiment, et gardant comme un trésor leur précieux fri-fri pour le grand soir, quand un jour enfin, leur Prince viendra....Vous vous demandez sans doute où je suis parti. Confidence pour confidence, moi aussi je me le demande !

Capuche.jpgEn fait, je voulais vous avertir que je n'avais aucune envie de disserter sur la façon dont Domenech a ménagé ses arrières, et ses avants aussi au demeurant, avants et arrières au centre de la polémique, et qui n'avaient nul besoin de Raymond pour se ménager, car pour autant que je sache, aucun de ces messieurs ne risqua l'épuisement...

Les pulsions de Nicolas ne seront pas à l'ordre du jour. Les pulsions de Nicolas l'encapuchonné, pas de l'autre,  pauvre cible malheureuse d'humoristes lubriques et vicieux... Ces pulsions étant d'ordre privé, nous ne nous y étendrons pas plus !

Tout ça pour vous dire que nous allons passer à autre chose...Je n'ai pas une grande tendresse pour le chroniqueur habituel de ce site, mais je dois lui reconnaître une légère supériorité dans l'art de la transition. Il passe facilement du coq à l'âne, et c'est avec beaucoup plus d'aisance que moi qu'il vous eut placé cette photo où le coq justement hurle avec le loup.

Gardons-nous d'en faire autant...

Avec le loup.jpg

...Ne hurlons pas avec les loups !

Ce serait pourtant facile de suivre la meute., mais je vous en prie...

...Arrêtez de les emmerder !

Je ne parle pas des Blanc et Joyandet, ils étaient insignifiants dans leur rôle de ministre, ils sont toujours insignifiants dans leur nouveau rôle de victimes expiatoires sacrifiés par l'Auguste,  sur l' autel de la moralité. Autel bancal et branlant érigé à la hâte sous la poussée de la populace excédée par les frasques des serviteurs du palais.

Non, je veux parler des gens importants, Monsieur et Madame Woerth sur qui s'acharnent les socialistes haineux et probablement jaloux.

Certes, Xavier le suiffeux fait rempart de son corps replet, mais il est à craindre que ses efforts soient vains, et nous verrons bientôt le malheureux XBB, Xavier Bouboule Bertrand, contraint et forcé, qui reprendra la place, le portefeuille, et le poste de son valeureux camarade Eric, Eric Woerth, victime de la plus formidable injustice de ce siècle. Les chiens sont lâchés, et l'hallali est proche...

Mais enfin, qu'ont-ils tous à mordre au sang cet homme exemplaire et son irréprochable épouse...The Couple.jpg

Qui a dit qu'il avait une double casquette ? Seule Madame porte le chapeau...

Tous des jaloux je vous dis. On en veut à ce couple intègre et travailleur d'avoir réussi à se hisser au niveau où le rang social tient lieu de moralité.

Monsieur le Maire de Chantilly et son épouse n'auraient-ils pas le droit de se faire mousser sur les champs de course avec la crème  ? Mais enfin, où va-t-on !

Non seulement Monsieur Woerth est honnête, intègre et tout et tout, mais en plus la France lui doit de la reconnaissance.

Il est probablement le seul ministre du Budget qui ait réussi à soutirer du pognon aux riches contribuables de notre cher et vieux pays. C'est vrai que c'est au titre de Trésorier des Umpes qu'il est parvenu Eric à faire cracher au bassinet tous ces radins, mais qu'importe, ils ont payé, c'est l'essentiel.

Il n'y a guère que ces socialos obtus et vindicatifs pour prétendre que financer les umpes ce n'est pas financer la France. Nous savons depuis longtemps vous et moi que L'Umpe et la France c'est kif-kif pareil.

Bravo Eric, et merci !

A plus tard...

***

PS : Modeste en plus le monsieur...Il distribue des légions d'honneur à tous ses amis, et il ne porte même pas la sienne sur la photo...

 

17:41 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Crabillard, Crabillou
moi j'aime tout
et çui du Blognaute itou

Et même que, pour çui du 5, c'est gros bisous bien mérités :
faut le faire de remettre droits des trucs aussi tordus.

Bise et Re-bise à Crabillou - sans aucun rapport avec le titre. Monique

Écrit par : monique-â | 06/07/2010

La suite ce matin avec les 150 000 € en espèces offert par Mame Liliane pour la campagne de Sarko et le reste... et les enveloppes en papier kraft remises régulièrement à des hommes politiques...et ma copine à qui l'on vient de sucrer quelques dizaines d'euros d'APL parce que sa retraite est un peu plus grosse que son chômage.

Crabillard aurait pu être le nègre de Frédéric Dard.

Bisess du pays de la soupe aux choux.

Écrit par : eliane | 06/07/2010

Et oui, c'est les vacances et comme feuilleton de l'été, nous avons l'affaire Woerth, Bettencourt, Sarkozy à qui je ne dirais que: "Casse toi pauv' con, fils de pute...!". Désolé, mais ch'est pas moi qui ai commencé. Même Gérard Holtz a clamé "Fils de putes", l'autre jour sur la deuxième étape du Tour de France où les vélos sont passés au scanner. Richard virenque est soulagé, le sien n'a jamais été contrôlé...!

Écrit par : Phil29 | 07/07/2010

Bonjour Alain, resté Crabillou pour moi...)

Bonnes vacances sur ton ile fut-elle des Seychelles ou plus modestement d'Oléron, l'essentiel est de se rafraichir et de surfer sur la vague....

Toutes ces scénarios politiques à rebondissements, un vrai polar...mais où est l'inspecteur MAIGRET,lui qui résoud tousles problèmes..

Loin de cet imbroglio, je regarde le Tour, sport pop . souvenir de ma jeunesse, avec l'accordéon comme ambiance...Ceci dit, je préfére cette musique à l'extrait que tu as choisi...

Fidèle quand même à tes billets...il faut bien faire nombre!

Bises citadines
hélène
***
Enfer et damnation ! j'avais laissé un mot sur ton blog, il s'est perdu en route.
Promis juré soeurette, j'y retourne !

Écrit par : hélène | 07/07/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique