logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/02/2010

Rude bataille en perspective...

...Des retraites réussies ?

Un homme et son chien.jpg

Un retraité et son chien...Photo Laurence.

***

C'est aujourd'hui que les partenaires sociaux et Sarkozy vont s'affronter dans les premières escarmouches de la grand bataille des retraites...

Depuis des mois sinon des années, le patronat et l'Etat Umpe son allié objectif ont instillé dans les esprits mis à leur disposition par Bouygues, Dassault et consorts, le théorème incontournable selon lequel :

 Plus vieux = Plus de temps à passer au boulot.

...L'espérance de vie augmente, donc il faut travailler plus longtemps...C'est d'une logique imparable !

sarkozy_parisot.jpgJ'avais ironisé sur le fait, souvenez-vous, l'espérance de vie des femmes étant de presque sept années supérieure à celle des hommes, qu'à l'aune du théorème Sarko-Parisot-Fillon - Fillon n'est pas sur la photo bisounours de la Saint-Valentin, il tient la chandelle - , théorème incontournable comme tout théorème basé sur la logique mathématique, ces dames devraient bosser sept ans de plus que leurs compagnons.

Inutile donc pour les syndicats, les partis politiques, le Medef et Sarkozy  de s'écharper en longs affrontements stériles sur l'âge légal de la retraite. Fixons-le à 65 ans pour les hommes, et à 72 ans pour les femmes. Dans trente ans, on revisera en fonction de l'allongement de la durée de vie, ceux qui auront trop touché rembourseront.

Profitons-en pour réellement promouvoir la parité femmes-hommes tant sur les salaires que sur l'accessibilité des femmes à tous les métiers, pas seulement à celui de pédégère du Cac40, et nous serons tranquilles pour un bon bout de temps.

Certes, il faudra bien lutter contre l'ennui et la solitude des retraités mâles qui pourraient déprimer en l'absence de leurs courageuses compagnes...Dès à présent, songeons à lancer l'hebdomadaitre Homme Actuel, où ces messieurs pourrons s'initier aux joies de la peinture sur soie, des plats diététiques mais gentiment mitonnés, du macramé et du crochet, voire du tricot et de l'art floral...Ce serait tout aussi bien pour eux que d'aller écorner les économies du ménage en allant jouer au tiercé avec leurs potes, et  passer des heures au bistro à s'esquinter la santé ! Ne pas oublier le cahier spécial dans le futur hebdo réservé aux papys...Ce mois-ci par exemple, dans la rubrique Pendant que ma femme est au boulot : Comment j'ai aidé mes enfants chômeurs à faire leurs CV d'embauche...

Une présence accrue et prolongée des femmes dans les entreprises créerait une ambiance plus douce et apaisée...J'imagine assez bien le coté glamour du départ à la retraite, à soixante-douze ans révolus, d'une terrassière échelon 3, c'est le summum, mélancolique certes à l'idée de quitter ses compagnes avec lesquelles elle a tant partagé, mais heureuse de leur offrir un thé-dansant d'adieu improvisé au milieu des bulldozers et des tracto-pelles... Je n'ai pas la place de vous le retranscrire ici, mais le discours du jeune DRH roumain venu spécialement  du siège de l'entreprise situé à Monaco m'a tiré des larmes, émouvant !

Pas pu aller dans le bois...

Amoureux de la nature.jpg

Les chasseurs y étaient déjà.

Courageux les nemrods d'aller par un froid glacial traquer un gibier affaibli par le gel et la faim. Les voilà bien les vrais protecteurs de la nature !

...Revenons aux retraites.

Aujourd'hui, les responsables n'ont pas abordé le fond, juste la méthode et le calendrier des négociations.

Nous savons que les discussions seront franches et ouvertes, les uns et les autres l'ont affirmé, ce qui est important, c'est de sauver le système par répartition.

Popur l'heure, par on ne sait quel incident de parcours, le système que Fillon avait sauvé en 2003 jusqu'à au moins 2020 est reparti dans les déficits, il faut donc le sauver encore un peu plus et si possible un peu mieux.

Pas question pour celà de diminuer les pensions, social jusqu'au bout des ongles, Sarkozy y est opposé, il l'a affirmé à maintes reprises, et bien qu'il n'ait rien fait pour en remonter le niveau, il trouve les pensions trop basses.

On pourrait remonter le taux des cotisations, mais en temps de crise, avec la concurrence accrue des entreprises étrangères, augmenter le taux des cotisations plomberait la compétitivité de nos entreprises qui va donc savoir seraient obligées de délocaliser. le Medef y est opposé, pas aux délocalisations, mais à l'augmentations des cotisations !

D'où la solution évidente qui saute aux yeux de tous le monde, il faut à la fois augmenter la durée de cotisation et reculer l'âge de départ à la retraite...D'autant que nos compatriotes devenant de plus en plus vieux, beaucoup de personnes âgées n'ayant pas de ressources suffisantes pour subvenir à leurs besoins commencent à trouver que vivre heureux le reste de leur âge devient de plus en plus dur...Cinq ans de plus au boulot pour nous messieurs,  et douze ans supplémentaires pour vous mes chéries, ce sera autant d'années de bonheur en plus !

En partant sur ces bases saines, recul de l'âge de la retraite en fonction de l'espérance de vie et augmentation de la durée de cotisation, nous devrions facilement résoudre pour longtemps le problème du financement des retraites...

Il restera ensuite à résoudre le problème du chômage. Actuellement, sur 100 personnes de 58 ans ou plus, seulement trente-cinq sont encore en activité. De quoi vont vivre les 65 seniors virés de leur boulot et qui devront faire la soudure de 58 à 65 ans pour les hommes, et jusqu'à 72 ans pour les femmes ?

Ayons confiance, il reste deux ans à Sarko pour nous trouver une solution.

Demain, nous parlerons de la pénibilité, pas aujourd'hui, je suis fatigué....

A plus tard...

 

 

Commentaires

Parisot trouverait bien que lorsqu'un patron embaucherait un chomeur longue durée ledit patron serait exonéré des charges sociales ... c'est-y pas judicieux ça ??? mais elle ne dit pas comment combler le déficit de la Sécu, de la CAF et des retraites avec ce manque à gagner !!!
me semble bien qu'ils nous prennent pour des .... !
Bonne continuation ...
Biche
***
Il l'est déjà éxonéré lorsqu'il embauche un clandestin le patron, sauf qu'il ignore si ce sera un contrat longue durée ou un intermède...
Oui, ils nous prennent pour des cons, ils ont raison, c'est ce que nous sommes !
merci de la visite.

Écrit par : Biche | 15/02/2010

Quelle est bonne ton analyse mais t'es gonflé quand même ,aller suggerer a la droite et au petit de faire bosser les femmes jusqu'a 72 ans ,comme tu me l'as dit un jour :c'est limite .Et tu oses les appeler tes chéries !!!Salut Alain
***
Ce sont mes chéries, je sais qu'elles m'aiment !
je ne suggère rien, c'est l'application du théorème
Plus de durée de vie = Plus de durée du travail...
Mes chéries vivent 7 ans de plus que nous, elles doivent bosser 7 ans de plus que nous. Dura lex, sed lex !
A part ça, tu vis toujours dans les congères ?...Un petit coup de mieux chez nous....Bises aux filles !

Écrit par : heraime | 15/02/2010

Espérance de vie plus longue peut-être, mais pas pour tout le monde, autour de moi, combien ont un cancer ou autre ? Et même avant de prendre leur retraite ! Hélas !
J'espère prendre la mienne à l'Automne de cette année, j'ai quand même commencé à 15 ans.
Très bonne analyse Alain, nos grosses têtes ont des idées, mais sujet bien complexe il faut le reconnaître.

Bonne soirée en attendant l'épisode prochain.
***
Complexe ? Pas si complexe que ça, peut-être faut-il élargir le champ de recherches pour solutionner le problème...J'ai mon idée, mais c'est la mienne...
Attendons un peu pour voir.
Bonsoir Judith.

Écrit par : judith | 15/02/2010

Ton analyse est judicieuse, mais va-t-elle faire avancer le shimblick ?
J'en doute!
Même les syndicalistes feront de la figuration dans cette affaire,alors que nos chers députés , droite , gauche confondue, voteront par impérieuse nécessité, bien entendu, une réforme de nos retraites.
Évitant de toucher à leurs exorbitants avantage :
Sachez que le député double cotise obligatoirement les premières années.Qu’il ne peut toucher sa retraite qu’à partir de 60 ans et non plus 55 ans comme avant (ce qui doit susciter votre admiration).et vous saurez que la "retraite moyenne" des députés est de 3 294,71 € par mois (ce qui doit vous faire pleurer). C’est bien sûr aussi une manière pour finir de se payer votre fiole, car ce n’est pas la "retraite moyenne" qui est bien sûr pertinente, mais la retraite pleine obtenue après 40 annuités normales de cotisations lesquelles peuvent être acquittées sur 20 ans si vous souhaitez.
L’indemnité parlementaire se montant à 6 891,96 euros bruts ("petits cadeaux compris", cf. infra), vous avez au détail près -comme dirait l’autre- l’approximative hauteur de la pension du pro ayant fait sa carrière complète dans la maison.
2. Ça schlingue sur leurs indemnités
En fait, les plumitifs des journaux ne sont jamais très salauds avec les hommes politiques. C’est une règle traditionnelle : d'une part, ils doivent avoir de plutôt bonnes manières, d’autre part ce n’est pas à eux de penser et agiter l’avenir.
Un sale con reprocherait ici à un article du Monde de resucer le site officiel de l’Assemblée nationale de façon peu malicieuse et de ne pas s’étendre sur les aspects financiers exacts du métier de député (la gratte, le job de la maîtresse, du gamin pas doué, les séances de nuit, etc., etc..
En fait, le député est un ognon, un gros ognon, qui se décline en plusieurs couches voir:
http://ocsena.ouvaton.org/article.p...
http://www.assemblee-nationale.fr/c...

Le député 1re pelure. Indemnité parlementaire

Depuis le 1er juillet 2006, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes : Indemnité de base 5352, 97 € + indemnité de résidence 160, 59 € + indemnité de fonction 1378, 39 € = total brut mensuel 6891, 96 €

2e pelure. Frais de mandat

Pour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat qui ne sont pas directement pris en charge ou remboursés par l’Assemblée, les députés bénéficient d’une "indemnité représentative de frais de mandat dont le montant est revalorisé comme les traitements de la fonction publique. Depuis le 1er juillet 2006, le montant mensuel de cette indemnité est de 6.223 € brut.

............................

Ajouter l’une à l’autre les deux premières pelures (6891,96 + 6223), ça fait déjà bonbon. Mais rassurez-vous, ce n’est pas terminé.

............................

3e pelure Exercice d’ un mandat local.

Aux termes de la loi organique nº 92-175 du 25 février 1992, le député titulaire de mandats ou fonctions électorales locales ne peut cumuler les indemnités afférentes à ces mandats ou fonctions avec son indemnité parlementaire de base que dans la limite d’une fois et demie cette dernière. De telles indemnités sont actuellement ainsi plafonnées pour un député à 2.676,49 € par mois.

4e pelure. Collaborateurs

Les députés disposent en outre d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs. Calculé en principe pour trois, il peut toutefois, au gré du député, être versé au profit d’un nombre de personnes variant d’un à cinq. Le député a la qualité d’employeur : il recrute, licencie, fixe les conditions de travail et le salaire de son personnel. Le crédit ouvert pour chaque député est revalorisé comme les traitements de la fonction publique. À partir du 1er juillet 2006, le montant mensuel du crédit est de 8.859 €. En cas de non-emploi de la totalité du crédit, la part disponible demeure acquise au budget de l’Assemblée nationale ou peut être cédée par le député à son groupe politique pour la rémunération d’employés de ce groupe.

5e pelure . Facilités

Les facilités de circulation Déplacements sur l’ensemble du territoire national par voie ferroviaire L’Assemblée nationale délivre à tous les députés une carte nominative qui permet l’accès gratuit :
à l’ensemble du réseau S.N.C.F. en 1re classe,
aux prestations de couchage (couchettes et voitures-lits), liées aux déplacements à l’intérieur des frontières de la métropole.

Déplacements à Paris et dans la région parisienne L’Assemblée dispose d’un parc d’une vingtaine de voitures affectées en priorité aux déplacements des délégations officielles ainsi qu’aux déplacements imposés par les travaux législatifs. Il répond, dans la mesure du possible, aux déplacements des députés liés à leurs autres obligations et effectués à partir du Palais Bourbon dans Paris ou à destination des aéroports. En outre, l’Assemblée nationale fait appel aux taxis parisiens lorsque le parc n’est pas en mesure de répondre à toutes les demandes.

Déplacements aériens L’Assemblée nationale prend en charge chaque année
s’agissant des députés métropolitains :
quarante voyages aller et retour entre Paris et la circonscription lorsqu’elle est desservie par une ligne aérienne régulière (quatre-vingts passages "circonscription"),
six voyages aller et retour en France métropolitaine, hors circonscription ;
s’agissant des députés d’outre-mer :
un crédit annuel égal, pour les députés des départements, au coût de vingt-six passages en classe club-affaires entre Paris et la circonscription et, pour les députés des territoires et collectivités territoriales, au coût de seize passages en première classe entre Paris et la circonscription ;
quatre voyages aller et retour en France métropolitaine.

Logement. L’Assemblée dispose d’un droit de réservation pour quelques appartements I.L.N. à louer à Paris.

Elle attribue des prêts pour l’acquisition d’un logement ou d’un local à usage de bureau ou de permanence, soit à Paris, soit dans la circonscription. Le montant moyen des prêts consentis aux députés, d’une durée de 10 ans à 2 %, s’élève à 76.225 € .

Elle possède à proximité du Palais Bourbon un immeuble à usage hôtelier où les parlementaires peuvent réserver des chambres à leurs frais.

Les dépenses de téléphone, courrier, télécopieur. Les communications, à destination de l’ensemble du réseau métropolitain, passées à partir du poste téléphonique installé dans le bureau des députés, au Palais Bourbon, sont prises en charge par l’Assemblée nationale. Les messages transmis par les télécopieurs mis à la disposition des députés sont également pris en charge. Les députés peuvent aussi bénéficier, sur demande, d’un forfait global de communication qui permet de prendre en charge, dans la limite du forfait téléphonique parlementaire, les frais relatifs à cinq lignes téléphoniques (fixes ou mobiles) et un abonnement d’accès à Internet, ou à quatre lignes téléphoniques et deux abonnements d’accès à Internet

Courrier. Les correspondances de nature parlementaire, c’est-à-dire écrites par un député pour l’accomplissement de son mandat législatif sont affranchies aux frais de l’Assemblée nationale. Ne bénéficient pas de cet affranchissement :
les correspondances d’ordre privé,
les correspondances présentant un caractère général ou collectif (invitations, faire-part, cartes de visites, imprimés, tracts, appels à des souscriptions, journaux).

3. Conclusion

On n’arrivera sans doute jamais en France à mettre vraiment à plat démocratiquement cette question des indemnités, avantages, retraites des députés et autres parlementaires.

Les députés, tout comme les journalistes qui semblent s’employer à taire les choses connues, se sentiront suspectés, pris pour des pourris.

En retour, les citoyens se sentiront excédentaires dans la démocratie faite pour eux. L’idéal nouveau, c’est sans doute la démocratie, mais sans les citoyens.

Ça fait gerber tout ça,non ?
Alors, se définir pour tel ou tel bord, se battre pour de telles enflures,non merci !
***
L'arbre qui cache la forêt.
Allons-y pour réduire ou supprimer les avantages et privilèges "exorbitants" des représentants du peuple...Soit 577 députés.
ce ne serait sans doute pas inutile de se pencher sur leurs cas, mais que pèsent-ils face aux millions de salariés lambdas du public et du privé ?
Moins dix ce matin.

Écrit par : mmu | 15/02/2010

Bonsoir Alain,
Figure-toi que j'ai eu de la peine à te reconnaitre sur la photo de Laurence...on voit que tu fais de longues pauses au soleil....bronzage parfait!!!Ah le ciel bleu...les plages blondes, les retraites au soleil...


Je ne manifeste pas pour la mienne, niveau 000, ce serait inutile, jamais je n'atteindrai l'indice 0....tant pis, cela ne m'empêche pas de bloguer, je ne me pose plus de question..."je vois la vie en rose"....
les blas- blas de nos ministres...je n'en crois aucun depuis longtemps....

Bonne nuit...je vais mettre un cd.....
Bises
hélène

Écrit par : hélène | 15/02/2010

Bonjour Alain


Après ces critiques fort sensées, ces arguments implacables, ces affirmations magnifiquement étayées ............................................................................................................................................................................................ quelle est ta solution ?

Amitiés du grillon
***
Tu auras noté que n'étant pas en charge de la direction du pays, ou ne l'étant indirectement que pour 1/45millionième, je pourrais très bien te répondre que des idées je n'en ai pas...Ce serait faux, j'en ai, mais elles sont tellement éloignées de ce qui va se discuter entre les vrais responsables qu'il ne servirait à rien que je m'étende longuement à leur sujet.
je les exposerai cependant...Patience.
Un beau soleil froid ce matin...

Écrit par : Christian | 16/02/2010

Que toute cette agitation me passe au-dessus de la tête serait peu dire zen soyons zen à 7....... et quelques barreaux que faire que dire ? j'ai travaillé jusqu'à 65 ans et alors ? Faut-il aller voir du côté des commerçants qui tiennent le coup et leur commerce invendable jusqu'à plus d'années, je connais plusieurs septu et octo qui tiennent le coup allègrement, parce que c'est un choix, qu'ils aiment cela et qu'ils ne se sentent pas vieillir Ne dit-on pas " le travail c'est la santé et alors qu'est-ce qu'on attend au lieu de se faire une retraite pépère dès 50 ans pour certains. A moins de toucher une retraite-pactole qui assure des lendemains qui chantent qu'attend t-on de ces années qui voient notre pouvoir d'achat diminuer, j'ai vu que la moyenne des Français touchait une retraite de 1200 E par mois, je ne dis pas que c'est Byzance, mais je voudrais bien les avoir et puisque c'est une moyenne alors combien ont donc une retraite dorée ?
Bisous Alain et bien que tu nous vois aller au charbon jusqu'à 72 ans on t'aime bien quand même.
***
Le travail c'est la santé, tu as raison, surtout quand on arrête !
Ce n'est pas moi qui veux vous tuer au boulot mes chéries, c'est l'implacable théorème de l'espérance de vie qui fait de vous les victimes expiatoires de l'équilibre des retraites...Je n'y peux rien !
Gros bisou.

Écrit par : f.jegou | 16/02/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique