logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/01/2008

Le Troisième Homme...(Rediffusion)

Plus Jamais 2002..!

 Encore un retour vers le passé, ce billet date du 31 Janvier 2007, une éternité déjà...A la relecture du billet, il faut que je l'avoue, je me suis planté.

Pas facile de prédire l'avenir...

 

*** 

Enfin il arrive, comme à chaque fois, quand on a dit et redit tout et son contraire sur le duel au sommet. Il fait son apparition, il arrive, il est là !medium_bayrou.3.jpg

 

 Lui, c’est le troisième homme, celui qui va tout bouleverser.

 A J-80 il débarque !

 Un peu lassé par la fracassante Sarkotude et l’écoutance un peu longuette de la Reine Blanche, le public applaudit quand il rencontre le troisième type !

 Et voilà les médias dont il a dit, avec justesse, pis que pendre, qui lui tendent leurs micros et le mettent dans l’œil de leurs caméras !

 François, ton heure est arrivée !

Pas plus que pour les deux autres, personne ne lui demande son programme, ou des explications sur ce qu’il compte faire, et avec qui.

 Non, ce qui compte, c’est ce qu’il pense de sa remontée dans les sondages, n’est-ce pas le plus important.

 Pourquoi irais-je me casser la tête à décortiquer les propositions de Béarnais, puisque ça n’intéresse personne.

 Puisque ce qui est intéressant c’est la remontée, et d’où viennent les points qu’il emmagasine en ce moment, allons-y, cherchons.

 Les sondages, c’est comme la bourse, ce que gagnent les uns, d’autres le perdent.

 François gagne des points, d’où viennent-ils ?

 Un consensus médiatique, corroboré par plusieurs sondages, lui aussi médiatique montre une chute de Ségolène, et une progression importante de François et de Sarko.

 François rogne donc dans les réserves de Ségolène.

 C’est fort probable, et en plus c’est logique.

 A droite, tout est en place, le dispositif est verrouillé. Le Chef est prêt à en découdre, et les troupes sont mobilisées, en ordre de bataille.

 A gauche, ça cafouille et ça bredouille, et l’électeur rose bonbon s’impatiente, il s’énerve !

 C’est dans sa nature à cet électeur fluctuant, inquiet et indécis.

 On sent des frémissements dans les sphères parisiennes du petit monde des intellos étiquetés PS , tel le philosophe Glucksman , séduit par la position anti-Poutine de l’illustrissime se rangent à son coté. Pauvre André, tu vas le voir ton Sarko anti-Poutine comme il va filer doux si le dompteur de Tchétchènes menace de couper le gaz !

 Chez les profs aussi, il y a du mou dans la corde à nœuds !

 Déçus par l’attitude attentiste de la candidate, et avec un peu de rancune pour sa position sur la gratte que se font ces messieurs dames avec leurs heures de soutien scolaire, le monde des profs grogne !

 Eux non plus ne rechignent pas à vouloir gagner plus.

 Et tout ce petit monde se dirige vers le Béarnais...

 Plus jamais 2002 qu’ils disent tous, surtout ceux qui ont fait que 2002 ait eu lieu !

 C’est sûr, en 2007, on ne fera pas la même connerie. Tu parles !

 En 2002, ils ont voté Taubira, Chevènement, parce que

 «Tu comprends, Lionel n’est pas assez ceci, ou trop cela, je voterai pour lui au deuxième tour.. »

 Le deuxième tour !

 En 2007, c’est différent

 « ..Au premier tour, je vais voter Bayrou, ça lui fera voir à Ségo, et puis au deuxième... »

 On voit nettement la différence !

 C’est sûr, 2007 ne ressemblera pas à 2002, ou si peu !

 Fort d’un bon score au premier tour, obtenu grâce aux timides et aux frustrés de l’aile droite de la gauche molle, « Fanfan les Grandes Feuilles » va négocier au prix fort, un maximum de circonscriptions aux législatives, un grand ministère, son ralliement à Rikiki.

 Et c’est ainsi, une fois de plus, qu’une bonne partie d’hommes et de femmes se réclamant « de gauche », va faire élire un candidat de la droite dure. Bravo !

  

 A bientôt…

30/01/2008

Hiver 2007...( Rediffusion)

...On supporte le Manteau !

medium_saint_martin.3.jpg

  

 

Encore une note de l'année dernière, elle date du 28 Janvier...Il est bien mort l' Abbé !

 

*** 

 Tout comme la langue d’Esope, le progrès peut se révéler la meilleure et la pire des choses. Il amplifie certains mouvements, et en étouffe d'autres...

 Il n’est pour s’en rendre compte que de superposer les mêmes événements, et la perception qu’en ont les gens à des époques différentes.

 Hiver 54, j’avais neuf ans à peine.

 Un curé quasiment inconnu se met en pétard et lance un appel à la radio.

 Son cri est entendu !

De tous les recoins de la France remuée aux tripes, le peuple, riches et pauvres mêlés y va de son mandat, regarde dans ses placards et ses armoires , et donne un peu de ce qu’il a.

 Le curé du village, un orateur hors pair, dont la voix forte s’élevait à chaque prêche vers la voûte de l’Eglise, et dont les paroles semblaient écraser ses ouailles en retombant du ciel, relaya cet appel.

 Et tout le monde porta à la mairie, la République et le Clergé faisaient bon ménage chez nous, qui une couverture, qui des draps, des vêtements chauds…

 Pendant quelques jours, les gens se sentirent meilleurs.

 Aujourd’hui aussi des gens, pour la même cause, se sont mis à crier.

 Tout comme le curé de 54, ils sont allés au devant des micros et des caméras, pour essayer de sortir le peuple de sa torpeur, et extirper de la misère et du désespoir les cassés de la vie, et tous ceux, de plus en plus nombreux qui glissent vers le fond.

 Eux aussi ont été entendus.

 Mais à un demi-siècle d’intervalle, si les causes produisent toujours les mêmes effets, les résultats ne sont pas les mêmes !

 Le progrès, qui installe les gens dans un confort douillet les isole, les détache de leurs frères.

 Les cris ont moins d’écho quand ils se heurtent à des murs en coton ….

 Le curé, le Chevalier des Gueux, ne s’est pas arrêté en chemin, il n’a pas attendu le bon vouloir des puissants, ni que le Parlement légifère.

 Les gueux, il les a remis debout, et le ronron des discours s’est vite étouffé dans le bruit des bétonnières !

 Des maisons sont sorties de terre, sans que l’on se soucie trop des formalités et autres tracas administratifs, prétextes bien commodes pour différer, ajourner, ou ne rien faire.

 Plus qu’un mouvement, il a fait naître un élan l’abbé.

 Ce ne sont pas sous des tentes alignées le long d’un canal qu’ils se sont mis au chaud les miséreux,  encore qu’il en ait semé aussi des tentes l’abbé, c’est dans des maisons qu’ils ont bâties de leurs mains !

 Pas très belles les bicoques, on aurait dit des « chalandonnettes », mais vues de l’intérieur, c’étaient les plus belles maisons du monde, les maisons de l’amour et du courage !

 Et à la différence des tentes du Canal Saint-Martin, on y vivait debout…

   

A Bientôt…

29/01/2008

Au Café du Commerce...(Rediffusion)

Des bruits, et puis l ' Odeur...

  

  Nous sommes le 29 Janvier, voyons voir ce que je vous avais mijoté ce jour-là, en 2007…Manière de complèter la rediffusion du matin...

 

***

 Pourquoi ces réticences devant le travail admirable des sans grades Umpes qui vont, avec courage et abnégation faire œuvre de recherche et d’information ?

 Remercions-les plutôt !

 Ils enrichissent le débat,medium_chiottes.jpg et donnent un éclairage nouveau sur la candidate d’en face.

 Parfaitement relayé par une presse, tous médias confondus, impartiale et objective, le résultat de leurs investigations est révélateur de la vraie personnalité de la dame.

 Nous voyons enfin ce qui se cache derrière ce doux visage, lisse et lumineux.

 Grâce à des militants honnêtes et aux intentions pures, le peuple est éclairé.

 On la disait disait d'ailleurs incapable, dès la première minute où  cette insignifiante Présidente de Poitou-Charentes est sortie de l’ombre, pour se placer, en jouant des coudes, au premier rang des innombrables « Présidentiables  PS », ce parti maléfique qui a ruiné, en à peine cinq ans, et ce malgré la défense acharnée du valeureux Président Chirac, notre pays, la France, pour des siècles et des siècles, amen !

 Tapie au tréfonds du Marais Poitevin, dans cette belle région, qu’elle arracha traîtreusement au valeureux Patapouf, pendant qu’il avait le dos tourné, occupé qu’il était, à faire redémarrer la France en côte, sur une route droite, mais dont la forte inclinance le fit transpirer grave...

 Il n'y parvint pas d'ailleurs…

 Mais que ses amis se rassurent, Patapouf n’est pas mort ! Il chante encore…

 Nous le vîmes pimpant, qui d’un élan si fort,

 Hissa le pavillon pour son glorieux mentor !

 C’est lui, rejaillissant en pleine lumière, qui anima les « Débats démocratiques » ô combien démocratiques, d’où jaillit le Sauveur qui va entraîner dans le sillage de sa propre gloire, la nation réunie, abritée dans l’éblouissante clarté d’un avenir radieux !

 Quel boute en train ce « Cher Jean-Pierre » !

Les lettrés que vous êtes ne s’offusqueront pas, si je leur rappelle que le boute en train, c’est le malheureux cheval qui prépare, en l' émoustillant, la pouliche en chaleur, et que l’on arrache à son rêve,au moment où il commence à voir les étoiles, juste avant que l’étalon de race pure - pureté génétique garantie à 98,1 % au moins ! - puisse saillir la demoiselle, sans forcer son talent !

 Si on n’a pas de cheval, un baudet du Poitou grisonnant peut parfaitement convenir !

 La jument à saillir, tout comme le peuple à conquérir qui n'a pas de mémoire, s’occupe rarement de ce qui se passe derrière !

 A propos de baisée, avez-vous vu la hargne de la  très marrie Michèle Alliot, lors de la grande séance de prestidigitation du 14 ?

 Frustrée de n’avoir pas été, et humiliée de n’avoir pu l'être, elle déverse toute son acrimonie sur Ségo, l’ennemie, qui, elle, est candidate !

 Quel zèle elle déploie, dans son aplatitude devant le Maître, obligée de ramper, comme tous les autres, en espérant récupérer sous la table, quelques miettes du festin !

 A propos de Ségo, je cause et je digresse, j’allais oublier que c’est d’elle dont je parlais avant de m’égarer.

 Ségo, donc, les Umpes nous la révèlent sous son vrai jour !

 On se souvient de l’affaire Audika, au Liban, où l’on découvrit qu’elle ne comprenait pas l’arabe, et qu’en plus, elle était aussi sourde que l’Ambassadeur de France !

 Et la Chine !

 Quelle catastrophe ce voyage en Chine, à part la photo.

 Sans la vigilance d’Umpes attentifs, et de leur promptitude à diffuser les vraies informations, qu’aurions nous su de l’incompétence de la Dame Blanche, en matière internationale ?

 Et maintenant, après des révélations sur son funeste projet d’envoyer un corps expéditionnaire dans les lointaines Amériques, appuyé par notre unique sous-marin atomique - on la laisse faire, et elle attaque l'Inde à bord du Clémenceau ! - et d’arracher le Québec des griffes de l’Anglo-saxon, notre ennemi héréditaire..

 .Au risque de nous brouiller avec sa très Gracieuse Majesté, et de rallumer la guerre de cent ans !

 Pire, elle récidive, et  projette de livrer la Corse aux rebelles du FLNC !

 Non seulement elle se prend pour Jacques Cartier, mais c’est une taupe de Jean-Guy Talamoni !

 Ces impardonnables bourdes et ces gaffes répétées placent la France dans des situations dangereuses...

 Heureusement, faisant preuve d’une blazytude exemplaire, Douste, le « Cher Philippe », en spécialiste, a désarmorcé les bombes, en reteignant sa mèche ! 

 Pourra-t-il longtemps retarder l’explosion ?

 Félicitons-nous d’avoir en France une presse libre, et un grand parti où veillent des vrais patriotes !

 Mais ne nous arrêtons pas en chemin, Ségo n’est pas la seule candidate, et il est probable que les autres ont aussi des choses à cacher…

 Il faut aller plus loin !

 Les Français ont le droit de tout savoir..

 A moins de trois mois d’une élection capitale, des questions restent en suspens !

 Par exemple:

 Est-il vrai que Marie Georges est la fille naturelle que Georges Marchais aurait eue, avec une héritière de la famille Messerschmitt ?

 Qui a pistonné l’homme de lettres, Olivier Besancenot, pour que ce soit lui qui distribue le courrier à Neuilly sur Seine, ne serait-il pas un agent à la solde de l'internationale trotskiste, placé là pour espionner la "Vraie France" ?

 Est-il vrai que la prothèse oculaire de Jean-Marie provient de Moscou, un complot KGB-FN, allez savoir ?

 Pourquoi François, le Béarnais refuse-t-il de manger de l’ail, aurait-il honte, soudain, d'être un descendant de Henri de Navarre ?

 Saurons-nous tout cela un jour, tout cela, et le reste ?

 Je suis en mesure de faire des révélations, ne le répétez à personne, car bien que je sois sûr de mes sources, il me faut recouper mes informations....

 Etonné par la calvitie galopante de Brice, le futur Ministre de l’intérieur de « la France d’après », quand « Ensemble, tout sera possible etc…etc… », et surtout assez intrigué par le fait que cette calvitie a débuté pile le lendemain de la rencontre de Brice avec Nicolas, rencontre qui a donné naissance à une amitié de trente ans, et qui dure encore, j’ai pu, grâce à la méthode des corrélations, méthode qui, comme vous le savez, établit un lien entre deux faits apparemment étrangers, pu dis-je, découvrir une troisième information qui fait la liaison avec les deux premières.

 Brice perd ses tifs depuis qu'il vit en quasi symbiose avec le petit métis d'origine Austro-Hongroise.

 Quelle en est la raison ?

 Après moultes modélisations et simulations, la conclusion s'impose !

 J' ai parfaitement conscience de la lourde responsabilité qui est la mienne, et j'ai bien mesuré toutes les conséquences de ma décision.

 Je sais que l'information que je vais vous livrer ne sera pas sans peser sur l'avenir de notre Nation.

 Elle peut, dans le cas d'un deuxième tour serré, faire basculer l'électorat féminin d'un camp à un autre !

 Mais le devoir de vérité et de transparence m'impose de vous le révéler :

 « Nicolas pète au lit ! »

  

 A Bientôt…

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique