logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/11/2007

Il était enfin une bonne fois...(C'est sûr ?)

 Cette fois ça y est, on va finir, je le sens !

 Cette chère Eliane m'a remis en mémoire ma rubrique "LEGENDES à la CONTE..."  Je ne me souvenais même plus avoir écrit ce monument littéraire....Je suis allé y faire un tour, et je vous ressors une note relative à la "Libération des infirmières  bulgares".

 C'est presque d'actualité, car une Commission d'Enquête"  est au boulot, on ne parle que de ça, et le pote à Sarko, Muhammar Al Khadafi, va  bientôt faire cinq jours de camping dans les jardins de la Lanterne .

 Je vous remets donc un épisode, ça meublera avant que nous soyons tous riches, after The Plan of un pouvoir d'achat que je te dis pas ! 

C'est ce soir qu'il nous ouvre le coffre le magicien à talonnettes !

C'était le 01/08/2007, il était 11 hres 55, voici ce que je mettais en ligne...

****

Suite et fin de l’histoire, du moins j’espère que c’est la fin, ça traîne, ça traîne ! Mais je ne peux rien promettre, n’étant pas écrivain, je suis incapable de prévoir à l’avance ce qui va se passer ! Je suis bien décidé à finir aujourd’hui, tout le monde en a marre de cette histoire qui n’en finit pas, moi le premier ! Mais ai-je le droit de bâcler le boulot ? Non bien sûr, ce serait malhonnête vis-à-vis de mes rares et fidèles lectrice(s). Alors allons-y, et arrivera ce qui arrivera…

Suite ???

 L’Empereur, rasé de frais, avec encore du savon dans les oreilles, habillé mais pieds nus, ce qui n’enlève rien à sa Majesté, mais qui nuit quelque peu à Sa Grandeur, L’Empereur donc déboule en trombe au milieu de la chambre.medium_Pot_Imperial.jpg

 « Touches pas à mon pot ! » hurle-t-il à Fadela Amara venue en audience.

 « Sire, vous étiez aux toilettes, et j’ai pris un deuxième thé ce matin… »

 « Relèves-toi et marche ! » Voixdouça-t-il, attendri malgré tout, par la position fragile et un peu gauche de la brune Fadela.

 « Comment tu t’en sors avec la bigote, c’est pas trop pénible ? » demanda -t-il à la brune quadra.

 « Tu sais Nicolas, j’en ai maté d’autres des coincées du panty dans les taudis clermontois ! »

  Vous notez les enfants avec quelle familiarité Fadela, que Nicolas à Boutin amarra, s’adresse à Sa Majesté. Il est vrai que quand on est au milieu d’une piaule, l’un pieds nus, et l’autre assise sur le pot de chambre impérial, c’est difficile de respecter le protocole.

 « Attends cinq minutes, il faut que je téléphone…Putain de merde, il m’a filé un truc soldé ce radin de Martin !...Allô, allô, c’est toi Claude ? »

  « Oui Sire, c’est moi ! »

 « Vous êtes arrivés ? »

 « Oui Sire, et c’était temps, à une heure près c’était trop tard, les allemands nous devançaient, et les anglais débarquaient ! »

 « Les anglais débarquaient, tu me prends pour un con, c’était il a huit jours…m’en fous, j’avais la migraine ! » Il raccroche.

 « Au poil, on a baisé la grosse ! » s’écria-t-il tout guilleret.

 Et c’est vrai que la face du monde en eut été changée, si les émissaires d’Angela, la Chandelière allemande, qui guidait de ses lumières le Peuple Germain, étaient arrivés en Libye avant Cécilia l’Impératrice, et Claude, le guéant des flandres (ça m’est venu comme ça !).

medium_La_Chandelière.jpg

 Par dérision, Sa Majesté appelait la Chancelière Angela la chandelière, depuis qu’ils avaient fêté ensemble l’anniversaire d’icelle, où c’est vrai, elle avait soufflé pas mal de bougies !

 Il lui arrivait aussi de l’appeler « la Grosse Bertha », mais là, je suis incapable de vous dire pourquoi !

 « Et mon audience Nike ? » vous aviez oublié Fadela, moi aussi. Nous avons des excuses, c’était une audience à huis clos.

 « Nous verrons plus tard, vas vite me chercher des ministres, n’importe lesquels, il m’en faut au moins trois, et remontes ton jean ! » Il enchaîna :

 « Je vais encore être en retard pour le casse-croûte avec les bœufs… »

 C’est que malgré tout, les affaires continuaient, comme dans la France d’avant, et même en pire !

 Avant d’aller à Marcoussis, festoyer avec le quinze de France, ils étaient une trentaine plus Bernard, il eut le temps de faire embastiller son ancien chef, son pote Galouzob de Vile Pine.

 « C’est quoi Vile,Papy ? » On n’a pas le temps chérie, il faut finir l’histoire.

 Il avait fait appel à Roselyne, dite la Bachelorette, ex- lauréate du concours « Miss Olida » dans les années 70, actuelle Ministre des prélèvements obligatoires, à la Sécu, et sur le Tour de France.

 Mais Nike the First faisait surtout appel à Roselyne pour rédiger les lettres de cachet, elle avait une bien plus belle écriture que son ordonnance, et c’était une ancienne pharmacienne…

 « Allô Claude ? » Nicolas se tenait informé d’heure en heure sur les événements de Libye

 «Oui, c’est moi, il faut faire vite, il s’impatiente, ça fait déjà deux heures qu’il veut les libérer, et Cécilia commence à fatiguer, elle en est à son huitième thé à la menthe, et elle se tortille grave ! Muhammar en a marre, il a dit que si on ne se bougeait pas le cul, il les ramenait lui-même en Bulgarie, magnes-toi votre Majesté ! »

 « Débrouilles-toi pour le faire patienter, il faut absolument retarder la libération, je ne suis pas prêt, TF1 ne trouve pas de pupitre à ma taille…Dis à Cécilia de se sacrifier s' il le  faut, c’est pour la grandeur de la France Bordel ! Dis-lui ! »

 Haletante et tendue, la France attend. Il règne une atmosphère pesante, la tension est palpable (18/11 facile !) et on sent sourdre l’angoisse à fleur de peau, par tous les pores (du moins ceux qui ne sont pas bloqués par les pêcheurs qui n’ont pas l’anchois !)

 Enfin le rideau s’ouvre, il apparaît, et il parle :

 « Ces bons à rien de gauche sont vraiment nuls à chier ! Ils sont restés deux ans et demi à ne rien faire, ils n’ont même pas réussi à empêcher la prise d’otages en 99 ces cons-là ! Et en 2002, pas un chapeau de vendu ! Moi, grâce il est vrai à ma formidable épouse, en moins d’une semaine j’expédie l’affaire, vous pouvez applaudir ! »

 Et les gens applaudissent !

 Il est beau Nicolas, debout devant son pupitre aux pieds sciés à la hâte, mais ça ne se voit pas trop.

 A ses cotés, sur sa gauche, Bernard Kouchner, constipé comme c’est pas possible, il bouffe trop de riz, il va se rendre malade !

 A sa droite, Le valet de pot, qui ne sait trop quelle attitude adopter, flanqué de la jolie pintade Numide, se dandinant d’une patte sur l’autre, heureuse d’exister, heureuse d’être là, près du maître. Bravo, ils ont réussi !

 Les « soignants » sont rentrés chez eux, ils sont libres, ils seront bien soignés.

 Ce fut très dur, l’Impératrice a l’air las, c’est vrai qu’on  à l’air las où ils allèrent !

 Je ne lui avais pas vu cette mine de papier mâché depuis son retour du voyage aux Amériques à Cécilia.

 Si l’on sait ce qu’elle a vécu au pays de l’Oncle Sam, saura-t-on jamais ce qu’elle a subi sous la tente ?

 C’est son secret, et c’était pour la France !

 Tout est donc bien qui finit bien, la Bonne Fée Cécilia a libéré les innocents, et c’est bien, même si on n’est pas sûrs qu’il y ait eu un coup de  baguette magique dans cette histoire .

Epilogue :

 La joie règne au Palais, tout le monde est rentré, et la vie a repris son cours.

 Sa sérénissime Altesse Cécilia s’apprêterait dit-on a regagner le Fort de Brégançon.medium_Entrainement_Cécilia.jpg

 Elle s’est déjà entraînée avec un groupe de nageurs de combat de la marine Nationale, on la voit sur cette photo, à la tête d’un commando.

 De source bien informée, on la dit prête à accomplir un autre exploit.

 Une info a filtré, Sa Gracieuse Majesté, pointant son doigt vers le large aurait dit :

 « Edmond Dantès ? Je vais le sortir de là ! »

    

 FIN, enfin !

   

 "Dis Papy, l'Empereur, il a tué Muhammar, le méchant ?"

 " Non mon petit, c'est dans les contes pour enfants, que les méchants sont punis. Dans les histoires de grands, les méchants, c'est pas souvent qu'ils sont punis, ils ont même des médailles parfois."

 "La légion d'honneur, comme Poutine ?"

 "Oui, la Légion d'honneur, comme Poutine, et d'autres..."

 "C'était pas un conte pour enfants alors..."

 "Non, hélas!" 

   

A Bientôt...

Mon poisson à plus 2% sent le gas-oil...

...Mais c' est du vert, sans plomb !

 La phrase du jour :

 « Ceux qui tirent au fusil sur des fonctionnaires iront en Cour d’Assises ! »

                                                Prononcée par Sarkonfucius le 28/11/2007.

 Mon commentaire sur cette proclamation forte est en fin de note.

***

 Et une promesse de plus à mettre sous le nez de ceux qui lui cherchent des crosses ! Les pêcheurs vont pouvoir refaire le plein de gazole, et aller chercher du poisson au large, tant qu’il reste encore un peu des deux.

 Grâce à Sarkozy, et à une majoration de 1 ou 2% du prix du poisson, c’est de 50 à 100 millions d’euros par an qui leur seront reversés « directement » aux pêcheurs, « selon des modalités qui restent à définir ».

 Ces 100 millions reversés aux pêcheurs seront payés par le consommateur. Ils s’ajouteront aux 40 millions d’euros par trimestre d’exonérations de cotisations sociales. Le manque à gagner des caisses maladie retraite et autres sera au final payé par les contribuables.

 Et c’est là que l’on mesure ce que pour Sarkozy le mot « équité » veut dire, car les contribuables, c'est-à-dire ceux qui paient des impôts, ce sont les consommateurs qui ont les moyens d’acheter du poisson. En faisant tout payer au consommateur, Sarkozy réactualise le principe Shadock : toujours taper sur les mêmes, pour ne pas multiplier les mécontents !

 Et que dire de cette trouvaille, l’augmentation du poisson ne sera pas une vulgaire hausse des prix, telle que pourrait le laisser penser les étiquettes sur les étals. Non, ce sera, Grenelle de l’environnement oblige, une « Taxe écologique » ! Génial, ça redonne un meilleur goût au cabillaud. Grâce à Sarko, après les poissons rouges, voici venu le temps du poisson vert !medium_Poisson_Rouge.jpg

 Quand le gazole augmente,

 L’Urssaf diminue,

 Le pêcheur se contente,

 Et nous on l’a dans le cul !

 Poésie, quand tu nous tient !

 Vous avez tous entendu dire que le blé avait fortement augmenté. Pourquoi ne pas appliquer la jurisprudence Le Guilvinec à la baguette de campagne. Une taxe écolo payée par le consommateur, et reversée au boulanger pour l’aider à se sortir du pétrin ?

 Là, ce serait plus simple qu’avec la saumonette, parce que le pain, c’est au boulanger que tu l’achètes, la taxe verte, tu la lui donnerais de la main à la main.

 Pour le poisson, avant que les 2% payés à la poissonnerie reviennent sur le compte du laboureur de la mer, il sera reparti à Terre-Neuve depuis un moment le gars !

 Il touchera son chèque à l’île de Pâques ou à La Trinité  (sur Mer, évidemment ) !

 Bon, je vous entend : « Jamais content le Crabillou, il suffit que Sarko fasse quelque chose, et même si c’est bien, avec l’autre vieux râleur, ça ne va jamais ! » Mais si, mais si, ça me va, et après tout, ce ne sont pas mes affaires. Sarkozy, c’est vous qui l’avez élu, pas moi ! Dois-je vous rappeler le formidable élan de 85% des Français qui que et quoi ! Alors, émerveillez-vous, si vous voulez, des fantastiques trouvailles de votre champion.

 Une remarque, le coup de la taxe sur le poisson…Sans rien changer au système actuel, on faisait en sorte de payer aux pêcheurs un prix correct pour leur poisson, un prix qui couvre leurs frais (sic), et qui assure une rémunération honnête pour leur travail.

 En veillant à ce que les mareyeurs et les distributeurs ne se sucrent pas au passage, on arrivait au même résultat, et sans toute l’usine à gaz qu’il faudra mettre en place pour faire marcher la taxe Sarko, calculs, contrôles, paperasses…Et, allez, marrons-nous un peu, on en fait quoi de la taxe si le gazole diminue ? Oui, vous avez raison, c'est une question con...

Voyez plutôt le coup des heures sup’, les comptables perdent leurs cheveux, et les petits patrons préfèrent payer les heures au black que d’engager des frais pour établir les feuilles de paie !

 Seulement voilà, avec la taxe écologique, Sarkozy met une promesse tenue de plus à son compteur, celle faite aux pêcheurs. Que ça mette un gros bordel dans la compta, ce n’est plus son affaire, il est déjà bien loin devant, au cul d’une autre chimère !

 A bientôt…

***

 A propos de la phrase lâchée martialement par Sarkozy hier.

 Que le Président assure que ceux qui ont tiré sur les policiers seront traités avec toute la rigueur que permet la loi, il est dans son rôle de chef de l’état, et je n’ai aucun commentaire à faire…Si ce n’est, et Nicolas Sarkozy, eu égard à son lourd passé judiciaire d’avocat d’affaires ne peut pas l’ignorer, il y a longtemps, dans la France d’avant lui et même celle d’avant moi, que ceux qui tirent sur les policiers, ou sur n’importe qui sont traduits en justice devant une Cour d’Assises.

 Promettre les Assises à ceux qui ont tiré à Villiers-Le-Bel sur les policiers, ce sera une promesse facile à tenir, c’est inscrit dans la loi depuis des lustres !

 « Tirer au fusil sur des fonctionnaires … » C’est sévèrement puni, normal.

 Par contre, « Tirer à boulets rouges sur les fonctionnaires…et les cheminots », c’est fortement recommandé dans la France de Sarko !

 

28/11/2007

Deux ans déjà...

 ...Triste Remake !

La grosse déception du jour :

  Plus d’un mois que le frétillant bernard laporte a rejoint roselyne bachelot à son ministère, et elle n’est toujours pas enceinte !

***medium_Polo-Epices-Soies.jpg

 Sarko Polo revient de son long périple, et c’était temps qu’il revienne !

 Dès son retour nous dit-on, il va reprendre le dossier des banlieues. Le savoir faire d’un spécialiste ne sera pas de trop dans cette affaire !

 Rassurez-vous, je ne vais pas vous étourdir avec mes solutions miracles qui pourraient résoudre un problème qui relève de la société toute entière, et non pas d’un homme providentiel, fut-il élu magistralement à la suite d’un élan formidable qui propulsa en Mai 85% des Français aux urnes et qui lui firent un triomphe ! Respirez, soufflez !

 Mais ce que ne peut faire un homme seul, peut-être qu’ensemble nous le pourrions, si un jour nous le voulions. Mais le voulons-nous ?

 Jusqu’à ces jours-ci, j’ignorais qu’il existait dans le Val d’Oise une ville qui s’appelle Villiers-le-Bel. C’est un joli nom, un nom qui sent bon la France, comme Clichy-sous-Bois, Neuilly-sur-Seine, ou Argenteuil. Toutes ces villes d’Ile de France, qui montent la garde autour de notre capitale, et dont les noms semblent sortis d'une poésie.

 Et voila que soudain, tel un feu de broussailles dans la garrigue, tout s’embrase !

 Tous les jours, et il faut le déplorer, quelque part dans le pays, des gamins, avec ou sans casques, s’encastrent sous une bagnole. Ils en meurent parfois. C’est tellement fréquent que s’en devient banal, et hors les familles en deuil, et les copains des victimes,personne ne verse une larme, en lisant les trois lignes qui relatent l’accident dans le journal local.

 Dimanche, deux gamins sont morts à Villiers-le-Bel, la ville qui a un si joli nom. Deux gamins sur une mini moto, et qui se heurtent de plein fouet à une voiture dans un carrefour.

 Triste et banal…Non, soudain, je vous l’ai dit, tout s’embrase !

 Est-ce que c’est parce que les gamins ne s’appellent ni Jean-Pierre ni Sébastien, qu’ils ne sont pas vraiment blonds et leurs parents non plus ? Est-ce parce que la voiture, d’un modèle courant certes, n’est  pas tout à fait comme les autres, puisque c’est une voiture de police ? La jolie ville ne serait pas jolie partout, il paraît, c’est ce que l’on appelle une cité.

 Comment se fait-il que la concordance de tous ces éléments conduisent à des émeutes ?

 Est-ce que tous les habitants des cités seraient tous des bêtes fauves qui deviennent féroces à la seule vue d’une voiture de police ?

 Est-ce que tous les petits de ces animaux dangereux dont on se méfie, puisqu’on les regroupe dans des réserves le plus loin possible de la ville, vont devenir comme eux, méchants et vindicatifs, malgré les panneaux de basket qu’on a installés pour les distraire, au pied des tours, dont certaines sont quelquefois repeintes ?

 Si c’était le cas, nous serions en danger, il faudrait vite faire quelque chose, avant que ça ne dégénère !

 Nous en sommes là, saccages, pillages, et même, c’est nouveau, on tire là-bas le policier comme chez moi les lapins !

 Comment en sommes-nous arrivés là ? J’ai bien sûr mon idée, et vous avez la vôtre. En attendant, et parce que dans une démocratie telle que la nôtre, force doit rester à la loi, les responsables s’activent pour rétablir l’ordre.

 Ce n’est pas une tâche facile, et je n’aurais pas l’indécence de les accabler. J’attendrais que le calme soit revenu pour m’exprimer sur leur action.

 Donc, hier, le Premier Ministre François Fillon, retrouvant pour la circonstance ses majuscules, s’est rendu sur place avec la Ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, re-majusculée également, ainsi qu’il convient.

 Ils ont fait leur boulot. François Fillon a rappelé les évidences, « Toute la lumière sera faite…La Justice etc. », « …La tristesse des familles… », « Les policiers qui font un travail difficile… » N’oubliant pas, il a eu raison de le rappeler, que des gens qui tirent à coups de fusil de chasse sur des policiers sont des criminels, et qu’ils doivent être sévèrement punis.

 En retrait derrière lui, Michèle Alliot-Marie, le visage grave, se tenait silencieuse. C’est ainsi qu’il convient de se tenir pour un Ministre de l’Intérieur, quand s’exprime le Premier Ministre, souvenez-vous il y a deux ans, presque jour pour jour !

 A Bientôt...

   

PS : J’ai rajouté Pierre Clavilier sur la (courte) liste de mes sites d’ailleurs, hors NT. Allez faire un tour chez lui, vous ne serez pas déçus.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique