logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/12/2006

Fin des OGM, Chapitre I

La Fin des Haricots,

 ...Trangéniques...

Avertissement:

Je remets bout à bout les différents épisodes du "feuilleton", genre Docu-fiction, que je diffusais au fil de mes notes dans la catégorie "OGM...Droit dans le mur.."

 Nous nous projetons dans notre futur, dans une quarantaine d'années...

Des épisodes, il y en avait sept...

Voici les trois premiers, regroupés dans le Chapitre I...

****************

Le temps passe, et passe le temps.
J’ai devant moi, en ce jour de Janvier 2046, le petit bijou, retrouvé par hasard, en cherchant dans mes vieux bouquins, un traité de soins par les plantes.

 Je sais que je peux retrouver une recette de tisane qui soulagerait mes douleurs articulaires.


 Recherche inutile, car même si je retrouvais le livre, je ne retrouverais sans doute pas la plante.

 Elle a probablement été trangénisée par l’agriculture moderne, ou même si je la retrouvais, il me faudrait payer de fortes royalties au Consortium Phyto-Bio l’ARNAC, qui l’aura très certainement  brevetée comme il a breveté pratiquement 99,9% du monde  végétal connu.


Alors, laissons tomber la tisane.


 Et voila que je tombe sur le N° 2844 de L’EXPRESS, que le facteur avait glissé dans ma boite aux lettres, le 6 Janvier 2005, il y a plus de quarante ans !


 C’est avec amusement, un peu de nostalgie aussi, et surtout des lunettes à fort grossissement, que j’en relis quelques passages aujourd’hui.


 Un petit bijou vous disais-je plus haut.


 Des journalistes, fort bien documentés se sont amusés à écrire fort sérieusement en Janvier 2006, l’actualité de…2025.

 Un régal !


 N’ayant pas la prétention de me projeter dans l’avenir, et bien loin d’avoir le talent des  jeunes gens de l’EXPRESS, je serais plutôt enclin à me pencher sur les événements passés, ceux de l’année dernière, qui fut  animée en bien des domaines.

 Je laisse à mes jeunes contemporains le soin si ça leur chante, d’imaginer ce que sera l’an 2065.


 Je ne m’en sens guère l’envie, et d’ailleurs, a presque 101 ans, serait-ce bien raisonnable...


 Elle fut  riche de faits marquants en effet, cette année 2045, année de mon premier centenaire.


 Sans trop de souci d’ordre chronologique, je vous en relate quelques uns, en vrac…


 Quelle surprise, et quelle émotion, lorsque le Très Saint Père, Sa Sainteté Francisque 1er, annonça, juste après la Bénédiction et devant tous les médias rassemblés cette décision, qui fit l’effet d’une bombe !


 Dès cette année 2045, les prêtres homos, hommes ou femmes, pourront se marier, comme peuvent le faire leurs collègues hétéros depuis plus de 10 ans.
 Une petite restriction cependant, et qui fait dire à certains que l’Eglise reste malgré tout conservatrice.

 Francisque, comme l’appellent familièrement les Cathos, précise que le mariage ne sera possible que si les futurs époux s’engagent solennellement à ne pas adopter plus de trois enfants.
Car a-t-il dit, plus de trois enfants pourrait nuire au bon exercice de leur sacerdoce.


Certes, mais quel progrès tout de même !


 Emouvant, comme chaque année, la visite au doyen des Français, doyen mondial des anciens chefs d’état, Monsieur Jacques Chirac.
Tous les ans, celui-ci nous délivre un bon mot, comme il y a cinq ans, à la question « Comment va la santé Mr Le Président ? », il répondit, suscitant un murmure dans la foule,  « ..La Santé..trop surpeuplée pour que je sois inquiet..Hahaha.. ! »


 Cette année, une jeune, et très jolie journaliste de la Chaîne Charme lui demande :
 « Cher Jacques, quel est le secret de votre éternelle vigueur ? », et lui de répondre, après qu’on lui ait fait lire la question transmise sur le prompteur, mi-amusé mi-sérieux :

 «  …Je crois que ce qui me stimule, c’est qu’il y a toujours des promesses à faire ! ».
 Que nous réserve-t-il, pour l’année prochaine ?
 Bien sùr, on se souviendra sans doute du scandale qu’a provoqué l’expertise du chapeau de François Mitterand.
 Rappelons les faits.
 Courant 2012, Nicolas Sarkozy, à nouveau candidat à la Présidence, malgré son échec en 2007, il s’était fait devancer par Christian Blanc au premier tour, voyant sa candidature au deuxième échouer pour moins de 6000 voix.
 Pensant sans doute rogner sur l’électorat de gauche, Nicolas avait fait don au Louvre du Chapeau de feu François.
 Le chapeau depuis, malgré les protestations de Mazarine, reposait en ces riches lieux.
 Or, rumeur fondée ou pas, le bruit courait depuis quelques années que ce chapeau ne serait qu’une copie, ou un faux.
 Le comité d’experts chargé d’examiner l’objet, après deux années de travaux, a remis son rapport en Mai 2045.
 Ce rapport est formel :
 Le chapeau est un faux !
 Mais la nouvelle qui marquera cette année, c’est la fin programmée des OGM.
A peine soixante ans après leur apparition, ils sont condamnés...

   
Fin du 1er épisode...à suivre...

  

 Comment en sommes nous arrivés là ?


 Les premières mises en culture s’étaient  effectuées sans trop de problèmes, les Etats-Unis, le Canada, et l’Argentine les développèrent rapidement, à tel point qu’ en 2005, les Etats –Unis, avec presque 50 millions d’hectares, soit presque deux fois la surface totale agricole Française, l’Argentine (17 millions d’ha), le Canada (6 millions d’ha), le Brésil, la chine, l’Inde….quelques 17 pays en ont mis en culture à peu près 90 millions d’hectares.
C’est surtout d’Europe qu’étaient venues les premières oppositions.


 Jusqu’en 1999, les plantes Ogm étaient soumises à la même réglementation sur les semences et cultures que les plantes «conventionnelles».
 Devant les protestations des associations de consommateurs et des mouvements écologistes, ainsi que de certains syndicats agricoles, l’UE décida d’instaurer un « Moratoire », et de suspendre les importations et la culture des Ogm, et imposa des règles d’étiquetage pour les aliments qui en contiendraient.
 Puis, en 2001, une directive autorisa les états membres à « encadrer » la mise en culture de certains OGM, ceux qui avaient été autorisés avant le moratoire.
 Cela ralentit la progression en Europe, mais dès 2006, les autorisations se multiplièrent.
 Il y eut bien encore quelques  « barouds d’honneur » des «Faucheurs Volontaires», mais rien n’y fit.


 Dés 2007, avec beaucoup de retard, la France mit en place  une loi définissant les conditions de mise en culture, notamment des règles devant permettre la « cohabitation » entre les cultures Ogm, Conventionnelles et Bio.
Deux articles de cette loi montraient, à qui connaît un peu ce qu’est le monde agricole, que le Législateur savait parfaitement comment tout cela allait se terminer.
 Tout d’abord, les autorisations seraient accordées pour dix ans.
 Vu par un Parisien qui ne connaît de la campagne que ce qu’il en voit quand il s’arrête pour pisser au bord de la route, lorsqu’il « descend » au village de vacances sur la Côte, cette durée de dix ans peut paraître une garantie sérieuse.
 Mais vous, qui, comme moi connaissez un peu mieux les « paysans », vous savez que le meilleur moyen de faire démolir les grilles des Préfectures, de voir tronçonner les platanes et les tilleuls sur les avenues, ou de voir quelques feux de pneus et de palettes sur les lignes TGV, eh bien, c’est d’essayer d’interdire aux agriculteurs ce qu’on leur a permis de faire pendant dix ans.
 Cela, le législateur le savait aussi en 2007, donc sur le plan pratique, la culture des Ogm sur le territoire Français fut autorisée pour une durée illimitée.
 Autre article de cette loi, encourageant les cultivateurs d’Ogm.
 Il était prévu dans cette loi la création d’un fonds d’indemnisation en cas de «Dommages» aux cultures voisines.

 Ce fond serait alimenté par une « Taxe » n’excédant pas 100 euros par hectare.

 Pour qui se souvient qu’à l’époque un céréalier empochait 530 euros de subventions pour un hectare irrigué, on peut sourire.
 Le plus grave, outre le fait que le législateur reconnaissait  que les cultures Ogm présentaient un risque pour les cultures voisines, il dégageait l’agriculteur Ogm de sa responsabilité, en renvoyant à un « Fonds collectif » le soin de réparer les dommages.
 Là encore, la porte était ouverte pour toutes les dérives et tous les abus.
 Et c’est ce qui se produisit.
 José Bové pouvait bien protester à chacune de ses sorties de prison, que les Ogm tuaient les paysans, rien n’y fit.
 Dés 2020, on pouvait considérer que la quasi-totalité de l’agriculture en Europe, et dans au moins les trois-quarts pour le reste du monde, était basée sur les Ogm, avec bien sùr, tout l’arsenal chimique nécessaire au bon développement de ces plantes.
 Alors, en 2045, cela faisait longtemps que plus personne ne se souciait d’Ogm, ce terme oublié  revient sur la sellette aujourd’hui, uniquement parce qu’ on va les voir disparaître, tout le monde est abasourdi...


 Depuis longtemps, il font partie de notre quotidien et ne posent aucun problème.


 La médecine s’est très vite adaptée, quasiment tous les troubles digestifs, affections cutanées, asthme et allergies induits par nos aliments Ogm, sont parfaitement maîtrisés.
 Mêmes les nouveaux cancers qu’on leur attribue généralement sont guéris à 80%.
 Avec, il faut le souligner, dans la plupart des cas, des médicaments issus eux-mêmes d’Ogm !


 Alors quel émoi, lorsque après un Conseil des Ministres exceptionnel, même Lorie, notre Ministre des Prospectus et de la Culture y assistait, c’est dire la gravité de la situation, après ce Conseil donc, s’avançant vers les micros et caméras, Monsieur Marcel Isaac Lebhouzeux, Ministre de L’Agriculture déclara :
 « Mes chers compatriotes, l’heure est grave, il nous faut dans les deux ans trouver d’autres modes de productions..

 Puis, baissant un peu la voix et frottant son béret sur sa veste en velours, il rajouta, dans le langage direct qu’il affectionne, «Nous sommes dans la merde ! »


Et, effectivement, nous y sommes !

  

Fin du 2ème épisode...A suivre.


....Nous sommes au début de l’année 2046, presque au milieu du siècle.


 Voilà bientôt six mois que les prêtres homos peuvent fonder une famille, la supercherie du « Faux » chapeau de F.Mitterand a été dévoilée...


 Mais surtout, surtout, nous sommes en ce début d’année encore sous le choc de la déclaration de Mr Marcel Isaac Lebhouzeux, notre Ministre de l’Agriculture.

 Il y a environ deux mois, il nous annonçait une nouvelle catastrophique.


 En gros, nous avons deux ans pour trouver une alternative aux Ogm qui composent l’essentiel, pour ne pas dire la totalité de notre alimentation.


 Comme l’a sobrement dit le Ministre, nous sommes dans la merde !


 Ainsi, nous en serions au point de ne plus pouvoir continuer à cultiver les céréales, les fruits et les légumes pour nous, pas plus que le fourrage et  tout ce qu’il faut pour notre bétail.


 Certes, depuis plusieurs années, on sentait venir une crise...


 Les grands syndicats Chimico-Agricoles ne cessaient de réclamer de plus en plus de subventions, pour lutter disaient-ils, contre la hausse vertigineuse des prix des engrais et pesticides, de l’eau , et des semences industrielles produites aux US ou en Chine.
Des observateurs avertis notaient un grand changement dans les stratégies des groupes qui contrôlaient toute la chaîne Agro-alimentaire.


 Ces groupes, étroitement liés à la Pétrochimie, elle-même en pleine mutation, le précieux liquide se faisant de plus en plus rare, se réorganisaient, avec force licenciements.
 Ainsi, Elf Total  fermait ses raffineries les unes après les autres.


 Déjà, au début du siècle il s’était orienté vers l’énergie éolienne, il contrôlait aujourd’hui 40% de ce marché.
 Propriétaire d’EDF depuis les années 30, le groupe avait annoncé qu’il ne renouvellerait pas le contrat de gestion des centrales nucléaires.
 Le triplement du prix de l’uranium lui aussi se faisant rare, et le parc des 70 centrales vieillissantes  ne garantissaient plus une rentabilité suffisante.
 L’Etat, déjà chargé du traitement et du stockage des déchets allait se retrouver avec un nouveau fardeau.

 D'autant, que dans la branche du  D.R.A.C. (Démantèlement et Recyclage des Anciennes Centrales), tout n’allait pas pour le mieux.
 En effet, depuis maintenant six mois, Madame Rosemonde Bachelyne, Ministre déléguée aux Détritus et à l’Environnement, était régulièrement confrontée à des conflits sociaux.
 Ainsi, le personnel de la société Indienne Khradmittal, qui avait signé le contrat de démantèlement des 4 centrales de la Basse Loire était en grève depuis bientôt 3 semaines.
 Ils réclamaient des salaires au moins équivalents au quart du Smic Européen, ainsi que la prise en charge à 100% de leurs frais d’ obsèques en cas de décès dans les cinq ans à venir.
 Céder à de pareilles exigences risquerait de créer un précédent, difficile à négocier, malgré les talents reconnus de Rosemonde !


 Et ce n’était pas tout !


 Le Nicolas S, l’ancien porte avions  Charles de Gaulle, reconverti en transporteur de déchets radioactifs était immobilisé dans la Rade de Toulon.
 Soucieux de leur santé, les marins Indonésiens refusaient de continuer les rotations France Ouganda où étaient stockés les déchets, tant que le bâtiment  ne serait pas désamianté.
 Un immense calicot sur lequel on pouvait lire : « Notre Santé d’Abord » était déployé sur le flanc du navire.


 Tout allait mal depuis 2045.


Les Mines de Phosphates et de Potasse étaient au bout de leurs réserves, et c’est pourquoi nous étions aujourd’hui au pied du mur.
 La fin des ressources fossiles, pétrole et autres, inexorablement, c’est la fin de tous les intrants, pesticides, herbicides et tout l’arsenal chimique devant accompagner la culture des plantes Ogm.


C’est donc la fin des Ogm !

 Nous allons vivre une grave crise, car très vite nous serons privés de nos habituelles ressources alimentaires.


 Une fin des Ogm, annoncée pourtant depuis leur création.


 Pas besoin d’être devin pour prévoir que le développement d’une agriculture étroitement liée à des ressources minérales limitées en quantité, verrait  sa fin programmée en même temps que ces ressources s’épuiseraient.


Depuis longtemps, depuis un siècle au moins des gens l’avaient dit et répété, l’avaient crié même !

 En vain.


 Et nous en sommes là aujourd’hui en Janvier 2046.

Grave, grave...


Fin du 3ème épisose,

 et fin du Chapitre I...


A suivre….

 

Commentaires

Je fais mon autocritique...

Je retrouve dans ma note, l'inconvénient qu'il y a à publier de longs textes sur un blog.

J'ai essayé d'aérer au maximum, mais je me rends compte que c'est fastidieux à lire...

Vous me direz ce que vous en pensez, sur la forme...et sur le fond, éventuellement...

Je publierai prochainement les 4 épisodes suivants...

A Bientôt...

Écrit par : Crabillou | 13/12/2006

Trés franchement, sur le fond c'est très bien...sur la longueur du texte..;difficile de lire à la suite, et en respirant pourtant entre les chapitres, ton long métrage, et pour l'heure, je me suis réjouie en lisant le début...après, il faudra que je laisse du temps au temps pour continuer...Alors, des notes moins longues me conviendraient....

J'aime ton style, parfois caustique...mais avec modération..
Bises
Hélène

Écrit par : hélène | 13/12/2006

Le fond et la forme ça doit être parfait ; vous ne dites que des choses intelligentes (sauf pour la pauvre L). Juste pas le courage de lire ; n'arrive pas à me concentrer.
C'était juste pour le compliment bien mérité.

Écrit par : monique-âne | 13/12/2006

j'ai lu donc je peux faire un commentaire: excellent en tous points, Alain varie sur les registres mais la forme est toujours excellente et pertinente ,d'accord un peu long mais terriblement intéressant, alors facile de s 'y coller Bisous Framboisine

Écrit par : framboisine | 13/12/2006

je n'ai pas trouvé ce texte trop long à lire,il est bigrement interressant, quel dommage que nos têtes pensantes soient aussi vides..
Dis Crabillou,ne crois tu pas qu'ils se nourrissent exclusivement d'O G M au gouvernement? cela pourrait expliquer bien des choses.
à+

Écrit par : josette | 14/12/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique