logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/06/2006

ET LUI,VOUS LE CONNAISSEZ ?

Des Volcans et des Fromages...C'est ce que produit l'Auvergne, d'après Vialatte !
Pas seulement Alexandre !
De sacrés personnages aussi, tel celui-là...

medium_philibert_besson.jpg
C'est celui qui regarde l'écran de la bascule.
Philibert-Hippolyte-Marcelin Besson (1898-1941) est un homme politique français (visionnaire) qui restera sans aucun doute comme l'un des personnages les plus excentriques de la vie politique française. Il mériterait également d'y demeurer comme l'un des idéalistes les plus actifs de la fin du la IIIe République.


Il fait aux élections législatives de 1932 une campagne inattendue, allant de village en village juché sur une puissante moto qui sera toujours son moyen de déplacement favori, collant lui-même ses affiches et s'exprimant en patois sur les marchés (son incroyable carte de visite se terminait d'ailleurs par cette ligne : « Parle anglais italien, espagnol, portugais, PATOIS »). Sa silhouette dégingandée mais athlétique, sa tête de professeur Tournesol (lunettes rondes, profil aquilin, crâne dégarni entouré d'une couronne de cheveux fous qui partent à l'horizontale) sont connues dans tout le département et contribuent à son succès. Il est élu député à une confortable majorité. Non inscrit dans les partis politiques de l'époque, il se fait aussitôt remarquer par sa verve et sa personnalité excentrique.

À partir de 1928 à Cizely (dont le maire est son ami et mentor Joseph Archer) puis de manière un peu plus répandue à partir de 1930, il fait circuler des pièces et billets de la monnaie européenne qu'il a créé, l'Europa, « la monnaie universelle, la monnaie de la paix », gagée sur le travail humain. Conceptuellement, il s'agit d'un troc organisé dans lequel, au lieu de mesurer le prix des marchandises en unités monétaires, la valeur de l'unité monétaire a été fixée, indépendamment de l'offre et de la demande, en fonction de quantités réelles de marchandises : un Europa vaut ainsi, une fois pour toutes, « 2 kilos de blé, 200 grammes de viande, 30 centigrammes d'or, 100 grammes de cuivre, 2 kilos d'acier, 50 centilitres de vin 10°, 200 grammes de coton, 10 kilowatts-heures, 1 tonne kilométrique, 30 minutes de travail ».

La création de l'Europa n'est d'ailleurs qu'une mise en application partielle du [programme fédériste] de Joseph Archer dont Besson s'est fait l'ardent propagandiste, programme qui prévoit entre autres la création des « États Fédérés d'Europe » et la suppression des barrières douanières et qui se termine par cette phrase : La France, ainsi, ayant résolu tous ces problèmes nationaux, ayant un idéal international, pourra être véritablement la reine de la paix.

Le franc-parler de Philibert Besson et son caractère irascible lui créent de nombreuses inimitiés. Surtout il s'élève contre les « vautours » de l'industrie électrique et des chemins de fer (à cette époque privés) et contre les spoliations dont sont victimes les paysans quand il vendent leur blé aux industriels de la meunerie. Joignant le geste à la parole, il crée avec Joseph Archer 150 dépôts où l'on vend les « pains Philibert Besson » 29 sous au lieu de 39. Quelques temps auparavant, il a arraché des poteaux électriques dans une commune de Haute-Loire. Il organise à Saint-Étienne le 3 mars 1935 un inoubliable meeting où, debout sur une horloge, il harangue 20 000 personnes qui le porteront ensuite en triomphe dans tout le centre-ville. Partout il dénonce, en citant des exemples précis, les alliances cachées entre les partis, et celles de ces derniers avec le monde financier et les entreprises.

Dès lors, chacun recherche sa mort politique. Il est mis en cause dans une très obscure affaire de carnet à souches qui aboutit à sa condamnation pour vol, et se ramifie en d'autres affaires (il aura jusqu'à cinq mandats lancés contre lui, à une époque où les scandales financiers et politiques aboutissaient couramment à des non-lieux), puis l'Assemblée Nationale vote, à une écrasante majorité, la levée de son immunité parlementaire, le 7 mars 1935. Après avoir sans succès défendu sa cause à la tribune de l'hémicycle, Philibert Besson s'enfuit ce jour-là du Palais Bourbon pour ne pas être arrêté et réussit à rejoindre sa circonscrition du Velay où il « prend le maquis » et où il va vivre caché pendant près d'un an, recueilli de ferme en ferme par des paysans qui le considèrent toujours comme « leur député ». Il se déguise en curé, en femme (belle photo dans le livre de René Dumas), traverse la Loire à la nage, etc. pour échapper aux nombreux policiers et gendarmes lancés à ses trousses. Il écrit dans cette retraite un livre-pamphlet, Peuple, tu es trahi.

Le 9 juin 1935, lors des élections législatives partielles destinées à remplacer le député déchu, c'est son compère Joseph Archer, se présentant au nom du proscrit et avec son soutien explicite, qui est largement élu. Finalement, Philibert Besson effectue sa reddition au Président de la République, Albert Lebrun et est emprisonné dans l'attente de son jugement définitif. Lors des élections sénatoriales de 1936, Joseph Archer est battu. Philibert est finalement acquitté lors d'un procès haut en couleurs. Il affirme se retirer de la politique, mais ne peut la quitter, multipliant des fantaisies cette fois moins drôles et sans efficacité, et réussissant même à être battu à Saint-Étienne, dans une élection où il ne s'était pas présenté (si si), par un nouveau venu en politique, Antoine Pinay.

Mobilisé en 1939 pour cette guerre qu'il annonçait depuis des années, en ayant prédit jusqu'à la date, Philibert Besson est arrêté pour avoir tenu publiquement des propos défaitistes (« Nos armées ne peuvent vaincre. Elles sont quasiment trahies. ») dans un café alors qu'il portait l'uniforme, et est enfermé à la prison de Riom où il meurt le 17 mars 1941, dénutri et tuberculeux, à la suite de véritables séances de tabassage organisées par ses gardiens.

Ce sont là de larges extraits de la biographie que l'on peut consulter sur Internet.

Maltraité et tabassé par ses gardiens...Il en est mort.
La comission des droits de l'homme n'était pas très active en 1941 !

En 1954, je m'étais retourné un pouce, ma mère m'a donc emmené en scooter chez le rebouteux, le même qui avait platré ma grand'mère, deux ans auparavant quand elle s'était cassé les deux bras.
C'était juste avant la Toussaint il faisait très beau et très froid.
C'est au cimetière, il était un peu fossoyeur, qu'il m'a remis le pouce,pour un litre d'eau de vie et 500 francs(anciens), c'était le tarif.

Cet homme avait été un des gardiens du malheureux Philibert...

A bientôt.

MATIN BRUN....

medium_miliciens.jpg


Matin Brun...

....Initialement paru à l'occasion du salon du livre antifasciste de Gardanne, en 1997, cette très courte nouvelle de Franck Pavloff, né en 1940, dénonce en une dizaine de petites pages la mise en place insidieuse d'un état totalitaire et raciste, sans que personne ne réagisse. Jusqu'au jour où...

L'histoire est des plus simples. Celle de deux amis qui se retrouvent chaque jour pour jouer aux cartes, et discutent sans s'offusquer des décisions prises par le gouvernement en place. Après les chats, c'était au tour des chiens autres que bruns d'être interdits, obligeant leurs maîtres à s'en séparer immédiatement. Décision nécessaire d'après les tests de sélection effectués par les scientifiques de l'Etat National, décision acceptée donc par tout le monde. Puis c'était au tour de la presse et des livres d'être bannis selon la couleur. Chacun se posait des questions, mais finalement, si l'on s'en tenait aux règles, il n'y avait pas de raison de s'inquiéter ! Jusqu'au jour où...

Un récit extrèmement simple, dont on ne saurait donner ni le lieu ni la date, et qui exprime avec une grande efficacité la méfiance que chacun se doit d'avoir envers des décisions politiques extrèmes, les mêmes évidemment qui amenèrent par le passé des fascistes au pouvoir. "Sait-on où risquent de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d'entre-nous ?".

A lire d'urgence !

Qui verrait un danger à la multiplication des caméras de surveillance, aux "croisements" des fichiers informatiques, à la recherche "Génétique" d'éventuels symptômes de la délinquance dans les maternelles,pour commencer,puis dans le foetus, ou chez les futurs parents, surtout les noirs et les arabes !

Qui pourrait se sentir menacé aujourd'hui de la naissance d'un "Ordre Blanc"-c'est la couleur de la bande centrale du drapeau Hongrois- à travers toutes ces avancées à petites touches vers une société plus policière,plus contrôlée...

Sommes-nous à l'abri de tout, nos libertés sont-elles définitivement acquises ?

A bientôt...

14:49 Publié dans Opinions | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2006

PRENONS de La Hauteur..!

medium_pdd23mai.jpg

Vous êtes nombreux à ne pas me l'avoir fait remarquer, mais il il vrai que dans une de mes précédentes notes, me situant sur le Puy de Dôme, je me laissais ainsi aller....Perché à 1410 m...

Pour la plupart d'entre vous, cela a pu choquer !

Chacun sait, et moi plus que quiconque, que mon cher volcan (assagi je l'espère) culmine à 1465 mètres !

Alors, 1410 m....

Simple, en général, on reste sur l'esplanade au bas de l'Observatoire, là où Poulidor put battre Anquetil sans le vaincre, et qui pour tout le monde représente le sommet, puisque c'est là que l'on peut, acheter des cartes postales, boire un Coca,ou acheter de merveilleux souvenirs "Made in Japan" !

J'aurais pu vous donner ces précisions plus tôt, je ne l'ai pas fait, et je sollicite votre indulgence !

Puisque vous et moi sommes demandeurs de "l'authentique", jetez un oeil là-dessus, nos derniers "Sauvages" méritent qu'on leur consacre une minute !

Cliquez là-dessus...

tete_de_mule.jpg

A Bientôt...

16:13 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique